Accueil Actualités Météorologie : le Sénégal veut développer un système d’alerte précoce

Météorologie : le Sénégal veut développer un système d’alerte précoce

0

(APA)- La météorologie sénégalaise a envoyé en 2022 plus de 500.000 messages courts (sms) ont été envoyés aux utilisateurs pour les informer et/ou alerter d’une occurrence de pluie ou de phénomènes météorologiques extrêmes.

Des prévisions météorologiques de qualité nécessitent des équipements d’observation modernes, des outils de prévision de pointe, un personnel hautement qualifié et motivé. C’est ainsi que l’Agence Nationale de l’Aviation et de la Météorologie (ANACIM) du Sénégal a entrepris un vaste programme de rénovation et de réhabilitation de son réseau d’observation. Les stations de Mbour, Fatick, Ranérou ont été entièrement reconstruites et équipées. Les stations de Vélingara, Louga, Kolda, Koungheul… sont en cours de construction et/ou réhabilitation.

« Les stations météorologiques de Saint-Louis, Matam, Kaolack, Ziguinchor, Kédougou, Cap-Skiring et Linguère seront entièrement réhabilitées. Les données collectées à partir de ces stations alimentent notre base de données météorologiques. Elles nous permettent, entre autres, de mesurer le degré de variation du climat et de constater les impacts des changements climatiques sur notre région qui se manifestent par une fréquence inhabituelle des évènements météorologiques extrêmes. Je peux citer les vagues de chaleur, les pluies exceptionnelles etc.», a expliqué, ce jeudi 23 mars 2023 à Dakar, Malick Sonko.

Le Directeur de cabinet du ministre des Transports aériens et du Développement des infrastructures aéroportuaires présidait la Journée météorologique mondiale axée cette année sur le thème : « L’avenir du temps, du climat et de l’eau à travers les générations ».

Dans son discours dont APA a reçu une copie, M. Sonko a souligné qu’« avec les conséquences des changements climatiques, il est vital d’accroitre notre maitrise du temps, du climat et du cycle de l’eau pour mieux assurer un développement durable ».

« Nous devons améliorer nos systèmes d’alerte précoce par un renforcement de la connaissance du risque et de la communication pour prendre des décisions proactives. Consciente de la demande croissante en informations météorologiques, l’ANACIM a mis les préoccupations des usagers au cœur de sa politique. En 2022, plus de cinq cent mille (500.000) messages courts (sms) ont été envoyés aux utilisateurs pour les informer et/ou alerter d’une occurrence de pluie ou de phénomènes météorologiques extrêmes de houle dangereuse, vents forts, pluie dépassant des seuils établis », a indiqué Malick Sonko.

De l’avis de son Directeur général, Sidy Guèye, l’ANACIM s’engage à offrir des services météorologiques adaptés mais également à accompagner les populations pour renforcer leur résilience face aux effets du changement climatique.

« Aujourd’hui, a-t-il ajouté, il est certain que les populations deviennent de plus en plus conscientes des enjeux de la météo. Il est un devoir pour chacun de s’engager pour une bonne cause et le combat face aux changements climatiques en est un ».

Article précédentRiyad offre 2253 kits alimentaires à des ménages vulnérables
Article suivantTchad : pourvoi en cassation dans le procès des combattants du FACT

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici