Accueil Economie « Le PUDC travaille à renforcer la dynamique d’équité territoriale »

« Le PUDC travaille à renforcer la dynamique d’équité territoriale »

0

Monsieur le coordonnateur, pouvez-vous nous faire le point sur les réalisations du PUDC depuis son lancement en 2015 ?

Depuis 2015, en effet, avec la mise en œuvre du Programme d’Urgence de Développement Communautaire (PUDC), beaucoup de réalisations ont été faites en milieu rural, ceci pour conforter la vision d’un Sénégal émergent. Ainsi on a structuré la démarche de rattrapage infrastructurel, pour booster les capacités productives et améliorer les conditions de vie des contrées rurales à plusieurs niveaux.

S’agissant du désenclavement, qui était une forte attente, plus de 800 kilomètres de pistes rurales sont réalisés, permettant le désenclavement de 844 localités. Pour le volet équipements post-récoltes, 5349 équipements ont été distribués aux groupements bénéficiaires dans 4 874 villages. Dans le domaine de l’hydraulique rurale aussi, 329 ouvrages sont mis en service et ont permis de fournir de l’eau potable à plus de 615 000 personnes dans 1780 villages. Concernant enfin, l’électrification rurale, ce sont 865 villages qui ont été mis en service et plus de 823 000 personnes impactées.

Dans ce programme, je le rappelle, ce ne sont pas seulement les réalisations qui comptent, mais la philosophie qui est derrière. Principalement, il y a bien sûr l’équité, c’est-à-dire le sentiment que les bénéficiaires sont partie intégrante de la nation sénégalaise. A ce titre, ils ont, eux aussi, le droit de profiter des ressources nationales par l’accès aux services sociaux de base (eau, électricité santé), la construction de pistes de désenclavement, l’allègement des travaux domestiques, la création d’activités génératrices de revenus par l’aménagement de périmètres maraichers, etc. En somme, le PUDC à travers ses interventions renforce sa fonction d’outil d’opérationnalisation des objectifs de croissance inclusive du Plan Sénégal émergent (PSE) et de territorialisation des politiques publiques dans un contexte de mise en œuvre de l’acte 3 de la décentralisation.

Où en est le projet d’électrification des 2000 villages ? 

Dans le cadre de l’accès universel à l’électricité, le Sénégal a démarré un programme intégré d’investissement aux services électriques durables à l’horizon 2025. C’est dans ce contexte que l’Etat du Sénégal a obtenu, à travers ses partenaires, un financement Public/Privé pour mettre en œuvre un projet d’électrification rurale de 2000 villages pour relever le taux de couverture sur le plan national et tendre vers l’objectif d’accès universel.

Avec ce programme d’électrification, le PUDC ambitionne de garantir l’accès à l’électricité à plus de 800 000 personnes vivant en milieu rural. A ce titre on a ciblé en priorité, les régions de Kédougou, Tambacounda, Matam, Fatick, Kolda, Ziguinchor et les départements du centre du pays qui n’ont pas encore accès à l’énergie. Sur la base des orientations du Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky Sall, le PUDC à côté d’autres projets de l’Etat travaille pour renforcer la dynamique d’équité territoriale.
C’est ainsi que nous avons pris l’option de construire des dorsales électriques. Autrement dit, on a d’une part, mis en place  des lignes moyenne tension à forte capacité de transit, qui permettent de faire l’interconnexion des réseaux électriques issus des différents postes source de Senelec, et d’autre part, on a  densifié  le réseau des distributions dans les zones non encore desservies.
Actuellement nous avons terminé les travaux dans 586 villages dont 552 sont mis en service. Ce qui, sans nul doute, permettra d’améliorer les conditions de vie des populations bénéficiaires, la sécurité et surtout créer les conditions pour l’essor du monde rural.

Vos équipes ont réalisé une étude sur les effets de l’électrification sur les conditions de vie des populations. Quelle est votre appréciation des résultats de cette étude ? 

L’électrification rurale fait partie des missions du Programme depuis sa création. Durant la phase 1 du PUDC d’importantes réalisations ont été faites auxquelles viennent s’ajouter celles du Projet d’électrification de 2000 villages, mis en œuvre par le PUDC et qui est né de l’ambition de l’État du Sénégal d’atteindre l’accès universel à l’électricité d’ici 2025.

Une fois les villages électrifiés à date dans le cadre dudit programme, il était indispensable de mener une étude sur les effets des interventions du Projet 2000 villages sur les conditions de vie des ménages. Nous sommes heureux de constater que la présente étude montre qu’à travers ce projet entre autres, le PUDC participe à l’atteinte des objectifs déclinés dans le PSE, en permettant la création d’une économie rurale viable et impulsée par les populations rurales elles-mêmes. En effet, l’accès à l’électricité a permis la création d’activités génératrices de revenus, la baisse de l’exode rural notamment chez les jeunes et l’amélioration des conditions de vie et de travail.

A travers ces réalisations, le PUDC participe fortement à l’inclusion effective des populations rurales au tissu économique du pays.
A titre d’exemple, je peux citer le village de Boudianto dans la région de Kolda, où l’accès à l’électricité a permis l’installation de microentreprises. Il y a un meunier qui s’est installé dans le village. Cela facilite le travail et allège les conditions de vie des femmes. Elles n’ont plus besoin de parcourir 4 kilomètres à pied (Boundianto-Sare Alcaly) ou de prendre une moto « Jakarta » pour faire moudre leur mil ou l’arachide. A Dialamberé toujours dans la région de Kolda, les accouchements à risques ne sont plus qu’un mauvais souvenir. Avant l’intervention du PUDC, les interventions médicales dans le poste de santé se faisaient à l’aide de lampes torches ou de panneaux solaire la nuit. Ces conditions de travail pouvaient augmenter les risques d’accidents et selon le type de complications, ils étaient obligés d’évacuer le patient jusqu’à Kolda, soit une distance de 47,95 kilomètres.

Par ailleurs dans le village de Loumène (région de Fatick), nous avons noté une nette amélioration des conditions d’apprentissage. Avant pour apprendre leurs leçons le soir, les enfants étaient obligés d’allumer du feu de bois. L’accès à l’électricité a permis de changer cette pratique. Désormais les élèves apprennent ou révisent leurs cours à domicile. Ce qui impacte positivement leurs résultats scolaires.

Les perspectives dans le PAP 3 ?

Dans la seconde phase du PSE (2019-2023), l’agriculture a été identifiée parmi les secteurs d’activités capables de jouer le rôle de moteurs de croissance pour notre économie. Ainsi, dans le cadre de la mise en œuvre du PAP 3, le PUDC compte renforcer son intervention autour de la promotion de forages à vocation agricole dans le but de trouver une réponse globale et durable au manque de viabilité des périmètres horticoles en milieu rural, et relever les nombreux défis auxquels l’agriculture irriguée est confrontée 
En outre le PUDC va créer les conditions favorables à une insertion socio-économique des jeunes et des femmes dans les zones rurales du pays (création d’emplois en milieu rural pour faire face au problème lié à l’émigration clandestine……). Pour y parvenir, nous allons mettre en œuvre un programme de développement de chaînes de valeur axé sur des filières à haute valeur ajoutée comme la pomme de terre, la mangue, l’anacarde, entre autres.

Par ailleurs, le PUDC ambitionne la construction de 1 300 km de pistes rurales dans les zones à fort potentiel agricole (zone des Niayes, vallée du fleuve Sénégal, bassin arachidier).
 Lejecos Magazine

Article précédentPlus de 650 mille matériels didactiques de l’Usaid au ministère de l’Education
Article suivantBernabé Côte d’Ivoire réalise la meilleure performance du marché des actions avec une hausse de 6,94% ce 19 janvier 2024.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici