Actualités

Anthony Blinken entame sa tournée africaine par l’Afrique du Sud

Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken a entamé dimanche une tournée africaine par l’Afrique du Sud pour tenter de rapprocher la diplomatie de ce pays du camp occidental.

Ce déplacement, qui le mènera ensuite et jusque jeudi en République démocratique du Congo et au Rwanda, vise notamment à contrecarrer l’influence russe sur le continent africain.

Elle suit de peu la visite en Afrique fin juillet du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, passé par le Congo-Brazzaville, l’Ouganda, l’Egypte et l’Ethiopie.

Pour sa première étape, M. Blinken a choisi de s’arrêter en Afrique du Sud, pays qui depuis le début de l’invasion russe en Ukraine le 24 février a adopté une position neutre et refusé de se joindre aux appels occidentaux à condamner Moscou.

Lundi, M. Blinken doit s’entretenir avec la cheffe de la diplomatie sud-africaine Naledi Pandor des « développements récents et en cours concernant la situation géopolitique mondiale », et faire des annonces concernant la nouvelle stratégie africaine du gouvernement américain, a indiqué Pretoria dans un communiqué.

Dimanche, le secrétaire d’Etat américain s’est d’abord rendu au mémorial Hector Pieterson à Soweto près de Johannesburg, étape de nombreux chefs d’Etat en visite officielle.

Il a visité le musée bâti en hommage aux étudiants tués dans une manifestation de lycéens et collégiens en 1976 lors d’une répression policière qui choqua bien au delà du pays et fut un tournant dans le combat contre le système sud-africain de discrimination de la majorité noire, qui sera finalement aboli en 1991.

M. Blinken était accompagné par Antoinette Sithole, la soeur d’Hector Pieterson, qui à 12 ans fut le premier, le 16 juin 1976, des plus de 170 manifestants tués à Soweto. La jeunesse s’était soulevée contre l’obligation d’étudier en afrikaans, la langue du régime de la minorité blanche au pouvoir.

Alliés cruciaux

Selon Fonteh Akum, responsable du think-tank Institute For Security Studies, basé à Pretoria, la visite d’Antony Blinken vise notamment à « rapprocher l’Afrique du sud du camp occidental » dans le cadre de la nouvelle stratégie africaine des Etats-Unis.

L’Afrique du Sud n’a jamais digéré l’intervention militaire de l’Otan en Libye en 2011. Elle s’était faite tordre le bras pour l’approuver alors qu’elle siégeait au conseil de sécurité de l’ONU, avant de critiquer cette guerre et d’accuser les Occidentaux d’avoir abusé de ce mandat pour faire tomber le colonel Mouammar Khadafi.

Historiquement, l’ANC au pouvoir en Afrique du Sud depuis l’avènement de la démocratie en 1994 a été proche du bloc soviétique qui soutenait les luttes d’émancipation dans le monde.

Depuis 2011, l’Afrique du sud est membre du groupe diplomatique des économies émergentes Brics, regroupant le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine, fonctionnant à une époque de manière assidue à raison d’une à deux réunions annuelles, ce qui a contribué à consolider des liens.

En juin, le président russe Vladimir Poutine a exhorté les Brics à coopérer face aux « actions égoïstes » des pays occidentaux, sur fond de sanctions sans précédent contre Moscou en raison du conflit ukrainien.

M. Blinken compte lors de sa tournée montrer aux pays africains qu’ils « sont des alliés cruciaux sur les questions les plus brûlantes de notre époque » comme « la lutte contre les effets du changement climatique, l’insécurité alimentaire et les pandémies mondiales », avait indiqué fin juillet le département d’Etat.

Après Johannesburg, M. Blinken doit se rendre en République démocratique du Congo, puis au Rwanda, en proie à un regain de tensions avec son voisin congolais qui l’accuse de soutenir les rebelles du « Mouvement du 23 mars » (M23), ce que Kigali dément.

Il s’agit du deuxième déplacement de M. Blinken en Afrique subsaharienne depuis sa prise de fonctions. L’année dernière, il s’était rendu au Kenya, au Nigeria et au Sénégal.

Avant l’invasion russe de l’Ukraine, la diplomatie américaine en Afrique se concentrait surtout sur la compétition avec la Chine, qui a fait d’importants investissements dans les infrastructures sur le continent africain et qui, à l’inverse des Etats-Unis, l’a fait sans demander de contrepartie aux Etats sur la démocratie ou les droits humains.

africanews

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page