A LA UNEActualitésLe saviez vous

Gambie : le système de santé secoué par le scandale des sirops contaminés

Depuis que 70 enfants gambiens ont péri après avoir consommé quatre marques de sirops indiens contre la toux contaminés par des substances toxiques, le public se passionne pour le système de santé du pays, qui est fortement secoué.

Dans le meilleur des cas, les professionnels gambiens de la santé n’ont jamais bénéficié d’un fort vote de confiance de la part du public et les retombées du scandale du sirop contre la toux ont laissé un goût amer dans la bouche.

La confiance dans le système de santé n’a jamais été aussi faible et un sentiment de désespoir plane sur le pays, où l’on se résigne de plus en plus à l’idée que le nombre de décès dus aux sirops va encore augmenter.

Les décès dus aux sirops contre la toux ont attiré l’attention du ministère de la Santé pour la première fois en juillet.

Mais la tempête soulevée deux mois plus tard par la couverture médiatique internationale concertée d’une alerte rouge mondiale de l’OMS sur les sirops a fait bondir le gouvernement de Banjul.

Depuis, ses responsables s’efforcent de trouver les bonnes réponses pour faire face à la crise et apaiser l’amertume ressentie dans de nombreux milieux.

« C’est une tragédie en cours et nous n’en avons pas vu la fin », prévient un père de deux enfants en colère, qui affirme que le gouvernement a agi uniquement parce que le monde entier a les yeux fixés sur la façon dont la Gambie allait répondre à cette embarrassante erreur de jugement des autorités sanitaires nationales.

Cet enseignant de 37 ans, qui requiert l’anonymat, a indiqué avoir demandé à tous les membres de sa famille de cesser d’utiliser tous les médicaments, de peur qu’ils ne soient contaminés de la même manière que les sirops contre la toux qui se sont avérés dangereux.

La méfiance à l’égard des établissements de santé publique est si profonde en Gambie que de plus en plus d’adultes se méfient des médicaments provenant des hôpitaux gérés par l’Etat, qu’ils aient ou non été prescrits.

En colère et désespérée par la tragédie du sirop pour la toux, Awa Batchilly, comme beaucoup de Gambiens, pense que toute cette saga était un accident qui devait arriver et qui a exposé le pire du système de santé du pays – incompétence, manque d’intérêt, pots-de-vin et corruption.

Cette mère d’un enfant raconte à l’Agence de presse africaine qu’elle retourne aux plantes médicinales car la valeur des médicaments entrant dans le pays ne peut pas être garantie par ceux qui ont la responsabilité de tirer la sonnette d’alarme lorsque les choses tournent mal.

« Nous avons atteint un point où nous ne pouvons pas laisser au hasard ce qui concerne notre santé », ajoute-t-elle.

Alors que de plus en plus de nourrissons liés aux sirops sont admis dans les unités de soins intensifs des hôpitaux du pays, il est à craindre que le bilan macabre ne s’alourdisse et, avec lui, la colère et la frustration d’une population qui attend toujours des réponses aux questions posées sur la conduite des professionnels de la santé lorsque plus de 50.000 de ces médicaments ont été importés d’Inde au début de l’année.

Les Gambiens pensent savoir qui doit être accusé d’«incompétence, de négligence, de manquement au devoir et de corruption » qui ont conduit à ce qu’ils considèrent comme une tragédie qui aurait pu être évitée et qui a coûté la vie à des enfants, les plus faibles de toute société.

Les critiques fixent leur regard sur le président Adama Barrow, qui était censé manier la hache et faire tomber des têtes, à commencer par le ministre de la Santé Ahmadou Samateh, sous le feu des critiques, qui a rejeté les appels à sa démission.

Ils ne comprennent pas pourquoi l’envoi de médicaments dangereux dans le pays a été autorisé sans que les autorités sanitaires ne procèdent à des vérifications rigoureuses pour s’assurer qu’ils peuvent être utilisés par une population qui ne se doute de rien.

Si ces sirops peuvent être introduits dans le pays sans être testés, comment pouvons-nous être sûrs que les autres médicaments qui arrivent ici sont sûrs ? a déclaré une mère de 36 ans qui affirme connaître l’un des parents dont les enfants sont morts en utilisant les sirops contaminés.

Bien que les sirops aient été rappelés, que la licence de l’importateur ait été suspendue et que la société indienne ait été fermée alors que l’enquête se poursuit, beaucoup en Gambie pensent que cette réaction est aussi futile que de fermer la porte de l’écurie après que le cheval se soit enfui.

La Gambie dispose d’une Agence de contrôle des médicaments dont le mandat déclaré depuis une loi du Parlement de 2014 est de contrôler la fabrication, l’importation, l’exportation, la distribution, l’utilisation et les publicités des médicaments et des produits connexes en vue d’améliorer leur qualité, leur sécurité et leur efficacité pour les consommateurs.

Les enquêtes ont établi que les 50.000 flacons de sirop pour la toux du fabricant indien Maiden Pharmaceutical ont été importés dans le pays par la société Atlantic Pharmaceutical, détenue par des Américains.

Plus de 41.000 flacons ont été saisis par la police, mais 8.000 autres sont toujours introuvables.

Pour rappel, 45% de tous les médicaments génériques destinés à l’Afrique proviennent d’Inde.

Les organismes de réglementation des médicaments et le ministère de la Santé sont critiqués pour leur manque de vigilance à l’égard de ces sirops et de leur fabricant, dont la réputation dans d’autres pays n’est pas bonne.

Les produits de la société ont été mis en cause au Vietnam et dans d’autres pays, où ils ont été jugés en-deçà des normes, impropres à l’utilisation et donc interdits.

Le MCA de la Gambie indique qu’il s’est concentré sur les médicaments contre le paludisme et d’autres analgésiques et antibiotiques.

Entre-temps, le président Barrow a déclaré qu’un mécanisme était en cours d’élaboration pour prévenir ce type de laxisme à l’avenir, mais pour les Gambiens, le mal a déjà été fait et il faudra un certain temps avant que leur confiance dans le système de santé publique ne soit rétablie.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page