Actualités

La relance des soins de santé primaires est au cœur des activités des autorités sanitaires (Directeur général de la Santé)

(APS) – Le ministère de la Santé et de l’Action sociale a mis en avant la relance des soins de santé primaires, une stratégie mondiale qui, au-delà de son efficacité scientifique et technique et de son accessibilité géographique et financière, cherche à se rapprocher de la culture des communautés, a soutenu, mardi, à Louga, le docteur Barnabé Gning, directeur général de la Santé.

‘’L’objectif visé est de prévenir les maladies, de recourir aux structures sanitaires et permettre aux communautés de se soigner à des coûts moindres’’, a-t-il confié lors d’une rencontre avec des acteurs communautaires de la région de Louga.

Une mission conjointe entre le Ministère de la Santé et de l’Action sociale, à travers la région médicale, et l’Alliance Nationale des Communautés pour la Santé (ANCS), est présente à Louga pour échanger et se concerter avec les acteurs communautaires impliqués dans la réponse au VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme.

Dans cette relance des soins de santé primaire instruite par le ministre de la Santé et de l’Action Sociale, Dr Barnabé Gning souligne que ‘’les acteurs communautaires occupent une place centrale parce que les mesures de prévention des maladies et les frais dépensés pour se soigner sont des réalités vécus directement par les populations’’.

‘’Lorsque madame le ministre docteur Marie Khemess Ngom Ndiaye a mis en place le dispositif gouvernemental destiné à aider les populations à se soigner à moindre coût à travers la couverture sanitaire universelle, elle avait instruit pour que les mesures d’hygiène et de prévention soient élevées à des niveaux plus puissants’’, a précisé le DGS.

La directrice exécutive de l’ANCS, Maguette Mbodj Guèye a, pour sa part, salué l’idée de cette mission conjointe qu’elle a qualifiée de ’’très haut niveau’’ du fait, dit-elle, ‘’du brassage qu’elle revêt et de la qualité des personnalités communautaires et médicales qui y sont représentées’’.

Elle a fait savoir que ce sont les acteurs communautaires qui aident l’ANCS à apporter des réponses au Sida, avant de préciser qu’à travers le pays l’ANCS dispose de trois cliniques communautaires implantées à Louga, Kaolack et Sédhiou.

‘’C’est un projet pilote que le ministère de la Santé et de l’Action sociale teste à travers ces régions là avant de pouvoir passer à l’échelle’’, a dit Mme Guèye. Elle note que ces cliniques, fixe et mobiles, sont dotées de moyens conséquents, d’un bon plateau technique et produisent des résultats satisfaisants.

L’objectif est de voir comment améliorer l’offre de services dans la prise en charge de la maladie. Selon elle, la particularité de la région de Louga est qu’il faut différencier l’offre de services.

‘’Les cliniques communautaires ne sont rien d’autre que des espaces qui sont aménagés au sein de la communauté et qui font l’offre de services différenciée et qui s’adaptent par rapport aux réalités des populations’’, a relevé la directrice exécutive de l’ANCS.

Elle précise que l’idée de création des cliniques communautaires est née de la logique d’agir en complémentarité de l’offre de soins et de services déjà faite par le service public.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page