Actualités

«Nos vacances pour l’école», édition 2022 : la Cosydep boucle sa campagne

La Coalition des Organisations en Synergie pour la Défense de l’Education publique (Cosydep) a organisé hier, mardi 4 octobre, la dernière session de la campagne «Nos vacances pour l’école», édition 2022. Occasion pour le directeur exécutif de la structure, Cheikh Mbow, de revenir sur les différents travaux effectués au cours de deux mois de vacances scolaires, mais aussi de se prononcer sur la possibilité de concrétiser le concept «ubi tay jang tay», lors de la prochaine rentrée scolaire.

La Coalition des Organisations en Synergie pour la Défense de l’Education publique (Cosydep) a tenu hier, mardi 4 octobre, la dernière session de la campagne dénommée «Nos vacances pour l’école», édition 2022. «Dialogue social pour l’apaisement durable du secteur», est le thème retenu pour la cérémonie. Face à la presse, Cheikh Mbow, le directeur exécutif de la structure, est revenu sur les différents travaux effectués durant deux mois de vacances scolaires.

«C’est une campagne qui nous permet pendant les grandes vacances scolaires de réfléchir sur des conflits probables et à fort enjeux. Elle nous a mobilisés pendant deux mois au cours desquels nous avons pu mobiliser plus de 300 acteurs de familles différentes, et ensuite une vingtaine d’experts de profils différents, qui nous ont accompagnés dans la réflexion autour des thématiques intéressantes», a-t-il expliqué.

Poursuivant son propos, il ajoute : «D’abord, nous avons réfléchi ensemble sur tout ce qui est facteur et déterminant de qualité. Le Deuxième panel qui nous a aussi mobilisés, c’était la question liée aux nouveaux besoins ou alors les questions émergentes en lien avec le numérique et les médias, mais ensuite nous avons beaucoup réfléchi sur la problématique du financement innovant. L’autre panel portait sur l’équité. Aujourd’hui, nous avons terminé le tour par la problématique du dialogue social, en vue d’avoir un système éducatif durablement apaisé».

«ON NE PEUT PAS FAIRE DU « UBI TAY JANG TAY » SUR L’ÉTENDUE DU TERRITOIRE»

Interrogé sur la faisabilité du concept «ubi tay jang tay» à l’occasion de la rentrée scolaire, prévue ce 6 octobre, Cheikh Mbow rétorque : «’’ubi tay jang tay’’ est une ambition ; ça doit être la règle et un baromètre. Mais c’est un processus, puisqu’on sait que c’est une habitude perdue depuis des années. On sait qu’on ne peut pas faire du ‘’Ubi tay jang tay’’ sur l’étendue du territoire. Ça, c’est clair et évident !», a-t-il reconnu.  Mais, poursuit la même source, «notre appel, c’est que partout où c’est possible de le faire il faut le réalise». «Notre appel, c’est aussi de demander aux maires d’accompagner les écoles par rapport à la dotation en fournitures. Notre appel, c’est que dans les zones où ‘’ubi tay jang tay’’ n’est pas réalisable, il faudrait qu’on puisse gagner le maximum de temps. Notre appel aussi, c’est de demander à l’État du Sénégal, comme il l’a déjà manifesté durant le Conseil interministériel, de faire accélérer le processus qui permet de libérer le maximum d’écoles submergées par les eaux», a conclu le directeur exécutif de la Cosydep.

PAPA MOUSSA CAMARA (STAGIAIRE)

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page