Accueil Actualités OMS – La chaîne de vaccination perturbée par le Covid-19 : Les...

OMS – La chaîne de vaccination perturbée par le Covid-19 : Les enfants toujours sous la menace de la rougeole, la méningite, la diphtérie…

0

Que dire ? Depuis 2019, les enfants ont été moins vaccinés à cause de la pandémie du Covid-19. Il faut aux autorités d’intenses efforts, selon l’Oms, pour reprendre le rythme pré-pandémie.

Par Ousmane SOW – Il faut un grand effort pour se remettre dans les clous : environ 33 millions d’enfants devront être vaccinés en Afrique entre 2023 et 2025 pour que le continent soit en mesure d’atteindre les objectifs mondiaux de vaccination pour 2030, notamment la réduction de la morbidité et de la mortalité dues aux maladies évitables par la vaccination, d’après une analyse réalisée par l’Orga­nisation mondiale de la santé (Oms). Cette situation est évidemment due à la survenue brutale de la pandémie du Covid-19 qui a déréglé tout et a fait augmenter le nombre d’enfants «zéro dose» et sous-vaccinés. Soit une hausse de 16% entre 2019 et 2021, qui portent à environ 33 millions le total cumulé de ces enfants (sur la période 2019-2021), d’après l’Oms. Ces chiffres représentent près de la moitié du nombre mondial, d’après les estimations de l’Oms et du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef). «La pandémie a fortement ralenti les efforts de vaccination dans la région (Afrique), ce qui rend des millions d’enfants vulnérables à des maladies évitables par la vaccination, qui peuvent provoquer des formes graves et même entraîner la mort», a déclaré Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’Oms pour l’Afrique. «Alors que les pays s’efforcent de sortir de la période sombre causée par le Covid-19, nous ne pouvons pas nous permettre de perdre davantage de terrain sur les maladies. Tout doit être mis en œuvre pour que chaque enfant ait accès aux vaccins essentiels.» Pour elle, il est essentiel d’intensifier les efforts. Sinon «la couverture vaccinale en Afrique ne reviendra pas à ses niveaux de la période pré-pandémique avant 2027», met en garde l’Oms.

Pour restaurer et renforcer les programmes de vaccination de routine, la campagne «Le grand rattrapage» va permettre de réduire les gaps afin de baisser la mortalité et la morbidité dues aux maladies évitables par la vaccination, de garantir un accès équitable aux vaccins et de renforcer la vaccination dans le cadre des soins de santé primaires. Par conséquent, 10 pays africains prioritaires et figurant parmi les 20 pays du monde comptant le plus grand nombre d’enfants «zéro dose», seront appuyés pour mener des campagnes de rattrapage de vaccination de routine. «Les gouvernements africains et les travailleurs de la santé ont déployé des efforts héroïques lors d’une urgence de santé publique sans précédent, en vaccinant plus de personnes que jamais dans l’histoire. Mais les répercussions de cet effort de riposte d’urgence se font encore ressentir. A l’Alliance du vaccin, nous intensifions nos efforts pour aider les pays à rattraper leur retard», a déclaré Aurelia Nguyen, responsable des Pro­grammes et de la stratégie de Gavi, l’Alliance du vaccin. «Notre Alliance s’est engagée à travailler avec les pays et les communautés pour soutenir les efforts de rattrapage et de rétablissement de la vaccination, tout en répondant aux besoins spécifiques de chaque enfant -et en particulier de ceux qui vivent dans des zones difficiles d’accès et dans des situations de fragilité et de conflit.»

En tout cas, la baisse des niveaux de vaccination a eu un impact sur la chaîne sanitaire de plusieurs pays qui avaient fait de nombreux efforts pour éliminer certaines maladies. Il a été noté une recrudescence des épidémies de maladies évitables par la vaccination telles que la rougeole, la méningite, la diphtérie, la poliomyélite et la fièvre jaune. «Malgré les perturbations, au moins un tiers des pays africains ont maintenu la couverture cible de 90% ou plus pour la troisième dose du vaccin contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, et la troisième dose du vaccin contre la polio au cours des trois dernières années. Cependant, seuls trois pays ont maintenu la couverture pour la deuxième dose des vaccins contre la rougeole et la fièvre jaune au cours de la même période», note l’Oms. «L’ambition de faire en sorte que chaque enfant ait accès aux vaccins essentiels d’ici à 2030 reste à notre portée si nous agissons dès à présent», a indiqué Dr Moeti. «Il est temps pour nous de renouveler notre engagement à concrétiser cette ambition et de travailler ensemble pour rétablir et renforcer les services de vaccination essentiels et sauver la vie de millions d’enfants», a-t-elle ajouté.
Il faut savoir que ce tableau a été peint par l’Oms, qui a organisé hier une conférence de presse en ligne.

Article précédentLe mensonge a son prix
Article suivantDiass-Mamadou Ndione, le maire de la commune en appoint aux daaras : « Les réseaux sociaux sont à gérer à côté des enseignements religieux »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici