Actualités

Projet de dissolution du Hcct : Aminata Mbengue Ndiaye et Cie taclent l’opposition

Par la voix de son premier vice-président, le Haut Conseil des Collectivités territoriales (HCCT) a essayé de convaincre de son utilité comme structure publique pertinente au service des Sénégalais. Les conseillers se sont réunis hier, mardi 16 août, à l’occasion d’un point presse tenu à Dakar, au siège du HCCT. En se prêtant à ce jeu, l’institution réagit face aux récentes déclarations des principaux partis de l’opposition, qui ont annoncé leur projet de dissoudre, dès la prochaine législature, le HCCT qu’ils jugent superfétatoire.

La survie du Haut Conseil des Collectivités territoriales (HCCT) dans l’armada institutionnelle du Sénégal est désormais en jeu. Les principaux partis de l’opposition, à l’instar de l’inter-coalition Yewwi-Wallu et du mouvement Gueum Sa Bopp, ont déjà fait part de leur refus de participer au renouvellement de la structure, à l’occasion de la prochaine élection, prévue le 4 septembre 2022. Sans omettreleur volonté d’élaborer un projet de loi pour définitivement supprimer le HCCT, pour cause d’« inutilité » pour le peuple. Et ce, dès la prochaine législature.

Face à ses menaces, les conseillers territoriaux ont organisé un point de presse hier, mardi 16 août, pour justifier, par la voix de Pape Maer Thiam, leur premier vice-président, la pertinence de leur structure, et donc battre en brèche les allégations de cette sortie importante de l’opposition. « En 5 ans, le HCCT, conformément à ses missions et attributions adossées à un plan stratégique conçu, a élaboré de nombreux avis et recommandations, de contributions et des études sur des thématiques aussi variées et en cohérence avec les trois axes du Plan Sénégal émergent (PSE) et aux préoccupations des populations », a renseigné M. Thiam. Selon lui, « 5 rapports, dont 4 annuels et un quinquennal, 4 contributions, 6 études et 26 avis répartis en 548 recommandations motivées ont été élaborés et mis à la disposition du président de la République et du gouvernement à partir de l’audition de 145 structures et personnalités (élus territoriaux, directeurs nationaux et généraux, ministres de la République, hauts cadres, ONG, organisations de la société civile, des partenaires techniques et financiers, etc.) ».

Non sans préciser : « ces avis, contributions, recommandations et études formulés par le HCCT, ont permis au président de la République et à son gouvernement de lancer des réformes, par exemple la mise en place de la fonction publique locale, du Programme d’Appui aux Communes et Agglomérations du Sénégal (PACASEN) rural qui a bénéficié à plus de 450 collectivités territoriales, l’amélioration du statut du chef de village ». En plus, « l’élection des maires au suffrage universel direct a bénéficié d’un plaidoyer du HCCT qui a fortement contribué à l’élaboration du plan national d’aménagement du territoire. Les travaux du HCCT ont permis de mettre en place les Bureaux d’Appui, d’Orientation et de Suivi (BOAS) des migrants dans les régions, ainsi qu’une meilleure implication des collectivités territoriales dans la mise en place et le fonctionnement des comités locaux de protection de l’enfance », a fait savoir le premier vice-président du HCCT face aux journalistes.

Concernant l’encadrement des collectivités territoriales et des élus, l’institution dirigée par Aminata Mbengue Ndiaye a « élaboré “la valise de l’élu” pour accompagner dans la gouvernance administrative, budgétaire, foncière et financière », si l’on s’en tient à la même source. Dans le cadre de la promotion de la bonne pratique, le HCCT a « reboisé une superficie de 50 hectares dans la commune de Léona, dans le département de Louga pour aider les collectivités territoriales à créer des bois communaux afin de participer à l’atténuation des effets des changements climatiques », à en croire Pape Maer Thiam.

D’après le conseiller, le HCCT « contribue à la stabilité économique et sociale du pays à travers la diversité de ses membres, la représentativité territoriale et socioprofessionnelle de l’assemblée, ses recommandations dans plusieurs secteurs économiques et sociaux, gage de stabilité ».

PAPE MOUSSA CAMARA (STAGIAIRE) & MD

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page