Actualités

Reconstitution du capital semencier : 20 tonnes de semences d’arachides cultivées à Matam

Afin d’apporter une solution à la baisse continue de la productivité, du fait de la mauvaise qualité des semences, l’Institut Sénégalais de Recherches Agricoles (ISRA) déroule un ambitieux programme de production de semences de pré-base de qualité pour la reconstitution du capital semencier avec sur  l’échelle une production de  85 tonnes au niveau national, dont  65 tonnes de semences de pré-base d’arachide qui sont visées dans le cadre de la mise en œuvre du Programme de Compétitivité de l’Agriculture et de l’Élevage (PCAE). Dans ce stock dédié à la reconstitution du capital semencier, des acteurs privés de la région de Matam qui ont déjà fourni près de 23 tonnes, s’activent  à récolter 20 autres tonnes de semences d’arachides qui ont été cultivées durant cette campagne hivernale.

Après la campagne de production de semences d’arachide durant la contre saison chaude, le Directeur Général de l’ISRA Dr Momar Talla Seck qui suit de très près l’évolution des activités de ce projet est revenu sur le terrain, ce week-end, pour s’enquérir de l’état d’avancement des cultures de la présente campagne hivernale. Cela, en compagnie de son staff  technique, de ses partenaires du privé et du directeur régional du développement rural, entre autres acteurs qui se sont réjouis du bon comportement des cultures en voie d’être récoltées. La promesse des fleurs a porté ses fruits, de l’avis d’Abdoulaye Camara, le directeur régional du développement rural, qui  présage de bons augures quant  à  l’atteinte des objectifs fixés pour la région. Avant de relever que « depuis le début du programme, la région a pu avoir d’excellentes productions qui ont été échantillonnées avec  plusieurs lots de semences de pré-bases validés et mis à la disposition des producteurs d’arachide ».

Après une récolte de près de 23 tonnes, enregistrée durant la campagne de contre saison, la région qui est en voie de récolter 20 autres tonnes de semences de pré-base d’arachides, est en train de se positionner  dans ce programme promulgué par le ministère de l’Agriculture et de l’Équipement Rural que pilote l’Institut Sénégalais de Recherches Agricoles (ISRA). Un acquis de taille qui cristallise la satisfaction de l’autorité régionale de l’agriculture qui dit être persuadée « des capacités de la région à contribuer à la reconstitution du capital semencier. « A travers ses SIPA (Sociétés Intensification pour la Production Agricole), bien équipées avec une maîtrise d’eau totale (irrigation totale ou complémentaire),  la région de Matam peut contribuer dans une très large mesure au capital semencier du Sénégal », a-t-il fait savoir.

Accroissement et élargissement de la production

Au regard des résultats satisfaisants qui ont été enregistrés autour du projet, le directeur régional de l’agriculture plaide en plus de l’accroissement, un élargissement de la production. A cet égard, « (il) estime qu’il s’agit maintenant, non seulement d’élargir ce qui est en train d’être fait, mais d’intégrer d’autres spéculations, comme le sorgho qui est une culture particulièrement importante dans la zone ». Un point de vue que partage  le Directeur Général de l’ISRA, Dr Momar Talla Seck, qui s’est dit satisfait du fructueux partenariat entre le secteur public et le secteur privé, pour magnifier « l’importance des résultats déjà obtenus qui sonnent déjà l’optimisme autour de l’atteinte de  l’objectif de 65 tonnes de semences de pré-base d’arachide assigné à l’ISRA qui est en voie d’être dépassé».

A ce titre, le Directeur Général de l’ISRA  qui bénit la vulgarisation de l’expérience, prescrit la mise en place de dispositifs structurants pour construire la continuité. « Ce qui est fait dans la région motive davantage notre engagement. Il faudrait qu’on construise dès à présent les socles de la continuité dès lors que nous travaillons à mettre à la disposition des opérateurs privés des semences de pré-base de qualité qui  vont générer des semences certifiées pour les producteurs », a-t-il informé.

 

En plus de l’arachide, on vise le sorgho et d’autres céréales

Dans la région de Matam, la production de semences de pré-base de l’arachide pourrait s’accompagner de celle du sorgho, selon le  Directeur Général de l’ISRA, qui a formulé devant les acteurs, son intention d’accompagner l’opérationnalisation du projet.  Une céréale pour de nombreuses populations, qui est dotée  d’importantes  calories alimentaires, dont il a annoncé l’exploitation durant les prochaines campagnes agricoles, suite au diagnostic des besoins des populations et des  recherches pour la mise en place de semences adaptées.

« Il faudra qu’on diversifie les productions de semences, et là, on ne se limitera pas au sorgho car on parle de sécurité alimentaire. Il faudra qu’on arrive à produire ce que nous mangeons et à manger ce que nous produisons. A l’image de ce qui se fait dans les autres zones agro-écologiques, la région de Matam devrait avoir les mêmes avantages. Dans cette zone, nous avons le foncier, avec la mise en place des SIPA, il s’agit de valoriser tout ce dispositif  en mettant à contribution les populations pour atteindre la sécurité alimentaire », a-t-il fait savoir.
Accueillant avec enthousiasme le projet de diversification  des productions de semences dans la région, les partenaires privés que sont  l’UNIS et Agro-ASTEL, ont assuré de leur engagement et leur détermination à accompagner l’ISRA dans sa mission de production de semences de pré-base. Avec l’ambition, d’investir dans la mise en place de magasins de ventes de semences maraîchères et céréalières.

PAPE MOCTAR NDIAYE

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page