Actualités

Sedhiou : lancement du projet de compétitivité de l’agriculture et de l’élevage (Pcae) : les acteurs de la filière arachide sous les ailes protectrices de l’ORSRE

Le Projet de compétitivité de l’agriculture et de l’élevage (PCAE) a été lancé hier, vendredi 11 novembre à Sédhiou en présence des différents acteurs du secteur agricole, notamment la filière arachide. L’objectif est d’enrôler les producteurs dans une dynamique de valorisation de leurs spéculations et ce, malgré les contraintes exogènes auxquelles ils pourraient faire face. Le schéma est analogue à celui du système de protection de l’anacarde et sous la supervision de l’organe de régulation du système de récépissé d’entrepôt du Sénégal.

Cet organe de régulation du système de récépissé et d’entrepôt du Sénégal (ORSRE) est une structure créée par l’Etat du Sénégal dans la perspective de protéger les producteurs contre toutes formes de spéculations jusqu’au bradage à de vils prix leurs récoltes. «C’est avec le président Macky Sall qui, dans sa vision du Plan Sénégal Emergent (PSE) a initié ce système pour mettre en valeur les productions agricoles. Cette structure qui est l’ORSRE qui est sous la supervision du ministre du commerce Abdou Karim Fofana et l’Etat est allée plus loin avec la Banque mondiale en créant le Projet de compétitivité de l’agriculture et de l’élevage (PCAE) », a fait observer hier Driss Junior Diallo le directeur général de l’ORSRE à l’occasion du lancement de ce projet dans la capitale du Pakao.

Il explique que « ce projet vise à valoriser davantage la filière arachide dans tout son ensemble, de la production à la commercialisation, en passant par la transformation. Ce projet qui est logé au niveau du ministère de l’Agriculture entend accompagner les producteurs en équipements de production mais aussi de semences, la mise à disposition de magasins et de récépissés d’entrepôt ainsi que le besoin en financement des acteurs pour éviter que les producteurs bradent leurs produits à de vils prix. C’est le même système de protection que la filière anacarde ».

Au sujet des attentes provenant du monde rural, Driss Junior Diallo, le directeur de cet organe, relève que « que ces producteurs s’engagent dans cette nouvelle dynamique offerte par le chef de l’Etat pour mieux rentabiliser leurs revenus », conclut-il. Pour sa part, l’adjoint du gouverneur en charge des affaires administratives a recommandé que les différents acteurs concernés fasse une large diffusion de l’existence de ce projet mais également de renforcer les coopératives, et à la direction de l’ORSRE de créer les conditions de transformation des produits locaux au travers d’une chaine de valeurs pour que les ayants- droit puissent en tirer le maximum de profits, a notamment souligné Modou Guèye.

Moussa DRAME

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page