Actualités

Unesco : après 50 ans, la liste du patrimoine mondial toujours moins favorable à l’Afrique

L’Unesco célèbre les 50 ans de la convention de 1972 sur la protection du patrimoine mondial, ratifiée par 194 Etats et comprenant jusqu’ici 1154 biens culturels et naturels.

Lazare Eloundou Assomo, directeur du Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO, explique les origines de cette liste : ce texte important (Convention concernant la protection du patrimoine mondial culturel et naturel) a été adopté – qui a un très beau préambule et des articles très précis et parmi eux la nécessité de créer une liste de sites qui seraient reconnus comme les sites les plus importants de l’humanité, permettant à la communauté internationale d’agir très rapidement pour les préserver face aux catastrophes (naturelles), face aux conflits, face à d’autres problèmes de développement.

La plupart des sites se trouvent dans des destinations touristiques populaires. Certains pays comptent plus de 50 sites inscrits au patrimoine mondial, mais 12 pays africains n’en ont aucun. Selon l’UNESCO, le continent africain ne compte que 9 % des sites protégés.

La convention du patrimoine mondial veut à travers sa liste préserver et protéger ses sites, qui, une fois inscrits, peuvent accéder aux fonds du patrimoine mondial. Cette reconnaissance profite généralement à la région en augmentant les flux touristiques, mais cet avantage peut être une arme à double tranchant.

Il est important que les sites du patrimoine mondial ne perdent pas leur valeur pour le rôle qu’ils jouent et que nous travaillions ensemble pour qu’ils puissent être préservés aujourd’hui et transmis aux générations futures qui continueront à les préserver, souligne-t-il.

Sur la liste, 52 sites sont actuellement classés comme étant « en danger ». En Afrique, l’Unesco a épinglé le parc national des Virunga qui abrite les dernières espèces endémiques des derniers gorilles de montagne.

Africanews.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page