Actualités

Violations des droits des populations du village Ngakhame 2 par les ICS : Sonko s’engage à mettre fin dès 2024

Le leader de Pastef et maire de Ziguinchor a promis de mettre fin dès 2024 aux violations des droits des populations autochtones par les responsables de la multinationale indienne Indorama, s’il est élu Président de la République. Ousmane Sonko a pris cet engagement hier, lundi 14 novembre, lors d’un échange avec des populations du village Ngakhame 2 situé dans la commune de Méouane dans le cadre de son Nemmeeku Tour » dans le département de Tivaouane.

En tournée politique dans le département de Tivaouane depuis le vendredi 11 novembre, le leader de Pastef et maire de Ziguinchor, Ousmane Sonko, était hier, lundi 14 novembre selon Jotna Media, l’hôte des populations du village Ngakhame 2 situé dans la commune de Meouane. Dans ce village, situé non loin des exploitations des Industries chimiques du Sénégal (Ics) sous contrôle de la multinationale indienne Indorama, le leader de Pastef a été reçu dans la concession du Chef de village, Baye Dame Ndiaye où il s’est entretenu avec des représentants de la population locale sur les différents problèmes auxquels la localité fait face. Au nom des jeunes, Saliou Seck a pris la parole pour exposer au leader de Pastef l’impact négatif de l’exploitation du phosphate par les ICS sur la vie des populations qui sont constamment sous la menace d’expropriation de leur terres pour besoins d’exploitation par cette industrie. Prenant la parole, le chef de village, Baye Dame Ndiaye a fait le point sur le manque « d’infrastructures (pas de route bitumée) et l’insuffisance de services sociaux de base dans sa localité ».

Prenant la parole à son tour, après l’exposé de ses hôtes, Ousmane Sonko partageant sa vision sur la gestion des ressources minières du pays a accusé les responsables d’Indorama de n’avoir « respecté  aucun de leurs engagements envers l’Etat et les populations autochtones depuis des années ». « Les entreprises exploitantes ont des obligations envers les populations notamment sur la RSE et si elles ne les respectent pas c’est parce que l’Etat n’a pas joué son rôle », aurait martelé Ousmane Sonko qui s’est engagé par ailleurs à mettre fin dès 2024, à ces multiples violations des droits des populations autochtones par les responsables de la multinationale indienne Indorama, s’il est élu Président de la République.

NANDO CABRAL GOMIS

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page