Accueil À la une Mission du Président Diomaye pour ramener les membres de l’AES à la...

Mission du Président Diomaye pour ramener les membres de l’AES à la CEDEAO : la réponse du Mali tombe

0

Le ministre malien des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, a affirmé que le départ du Mali, du Burkina Faso et du Niger de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) est définitif. Malgré les efforts de la CEDEAO pour renouer le dialogue, ces trois nations maintiennent leur position.

Lors de leur réunion dimanche dernier, les dirigeants de la CEDEAO ont désigné le président sénégalais, Bassirou Diomaye Faye, comme « facilitateur » pour rétablir les liens avec les pays de l’Alliance des États du Sahel (AES). Cependant, cette tentative pourrait échouer, comme les précédentes initiatives. Le communiqué de la CEDEAO précise que cette nomination vise à apaiser les tensions et à encourager le dialogue pour convaincre les pays de l’AES de revenir sur leur décision.

Bassirou Diomaye Faye, après sa nomination, avait mis l’accent sur l’importance de promouvoir le dialogue pour calmer les tensions et persuader les membres de l’AES de reconsidérer leur choix. Pourtant, ces pays restent déterminés à poursuivre leur projet de fédération. Abdoulaye Diop a réaffirmé lundi soir à la télévision d’État ORTM que le Mali est néanmoins ouvert à une coopération avec la CEDEAO. Il a également critiqué l’éventuelle instauration de visas pour les citoyens des trois pays souhaitant voyager dans l’espace CEDEAO.

En janvier, les trois pays, dirigés par des militaires arrivés au pouvoir par des coups d’État, ont annoncé leur retrait de l’organisation régionale composée de 15 membres. Lors de leur sommet samedi dernier, ils ont proclamé la création d’une confédération. Les régimes militaires accusent la CEDEAO de servir les intérêts de la France et de ne pas les soutenir dans leur lutte contre le jihadisme. Ils critiquent également les sanctions imposées par la CEDEAO à la suite des coups d’État, bien que ces sanctions aient été largement levées depuis.

Les dirigeants de l’AES ont clairement exprimé leur décision de quitter la CEDEAO de manière irrévocable. Abdoulaye Diop a déclaré que les chefs d’État ont confirmé cette décision à Niamey, soulignant qu’il est temps de cesser de regarder en arrière. Le Mali reste toutefois « ouvert à un travail avec nos voisins et d’autres organisations avec lesquels nous partageons cet espace ». Il a ajouté que bien que les discussions doivent se poursuivre, la direction prise est irréversible. La création de la confédération est une étape vers une fédération des trois États.

La CEDEAO, pour sa part, insiste sur un délai d’un an pour le retrait effectif des trois pays, tandis que les régimes militaires affirment que leur départ est immédiat. Cette situation soulève des préoccupations quant aux conséquences pour les populations, notamment en ce qui concerne la circulation des personnes et des biens, et la possible obligation de visas pour les ressortissants des trois pays se rendant dans les États membres de la CEDEAO.
avec senego

Article précédentTricherie au Bac : plusieurs candidats envoyés en prison
Article suivantBonne nouvelle pour Walf TV : la Cour suprême a rendu sa décision, aucun ministre ne peut suspendre un média

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici