Accueil À la une Présidentielle américaine : le procès pénal historique de Donald Trump s’ouvre en...

Présidentielle américaine : le procès pénal historique de Donald Trump s’ouvre en pleine campagne

0

Donald Trump va devenir lundi le premier ex-président de l’Histoire des États-Unis à faire face à la justice pénale, avec l’ouverture d’un procès à New York qui rend plus imprévisible son duel contre Joe Biden lors de l’élection de novembre.

Donald Trump a rendez-vous avec l’Histoire. Le candidat républicain à la Maison Blanche va devenir, lundi 15 avril, le premier ex-président des États-Unis à faire face à la justice pénale avec l’ouverture d’un procès à New York.

Le milliardaire républicain devrait comparaître à partir de 9 h 30 (13 h 30 GMT) à Manhattan pour une affaire de paiements destinés à acheter le silence de l’ancienne star du X Stormy Daniels, à quelques jours de la présidentielle de 2016 qui avait fait de lui le 45e président américain.

Un peu plus de trois ans après avoir quitté la Maison Blanche dans le chaos, il risque, en théorie, une peine de prison. Cela ne l’empêcherait pas d’être candidat au scrutin présidentiel du 5 novembre, où il rêve d’une revanche contre Joe Biden, mais placerait la campagne dans une situation totalement inédite.

S’il était déclaré non coupable, ce serait au contraire une victoire majeure pour le candidat républicain.

Sélection de 12 jurés pour se prononcer sur le dossier Stormy Daniels

« Les enjeux sont très élevés, parce que Trump et ses avocats ont réussi jusqu’à présent à ralentir les (autres) procès » sur des accusations de tentatives illégales d’inverser les résultats de la présidentielle de 2020 et sa gestion de documents classifiés, souligne à l’AFP Carl Tobias, professeur de droit de l’université de Richmond.

Et le dossier Stormy Daniels, qualifié de fragile par des experts, « pourrait être le seul jugé avant les élections », ajoute-t-il.

Jusqu’aux derniers jours, les avocats ont vainement multiplié les recours pour retarder l’échéance. Samedi soir, en meeting en Pennsylvanie, Donald Trump s’est encore dépeint en victime d’une persécution judiciaire et politique.

« Nos ennemis veulent m’enlever ma liberté parce que je ne les laisserai jamais, jamais prendre la vôtre », a-t-il lancé à ses supporteurs. Il a assuré qu’il témoignerait au procès.

Le tribunal de Manhattan sera placé sous très haute sécurité. Des manifestations pro et anti-Trump sont attendues, tout comme les caméras des médias du monde entier. Les audiences ne seront, elles, pas télévisées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici