Actualités

11ème édition du Fesnac prévue en janvier à Kaffrine : Le Conseil scientifique installé – Lequotidien

Le ministre de la Culture et du patrimoine historique, Aliou Sow, a présidé, mardi, la cérémonie d’installation du Conseil scientifique de la 11ème édition du Festival national des arts et de la culture (Fesnac) prévue du 21 au 28 janvier dans la région de Kaffrine (Centre), a constaté l’Aps.

Ce conseil, «une des structures les plus importantes» pour la mise en œuvre de la manifestation nationale, est présidé par le ministre de la Culture et du patrimoine historique, avec comme président d’honneur, Abdoulaye Saydou Sow, ministre de l’Urbanisme et maire de la commune de Kaffrine. Y figurent aussi, selon Aliou Sow, diverses personnalités de Kaffrine et du reste du pays. «Nous avons rassemblé des universitaires, des organisations de femmes, de jeunes, d’acteurs culturels, ceux des cultures urbaines, des journalistes», a dit le ministre. Selon lui, ce conseil est «un regard croisé» sur diverses personnalités du Sénégal.

Leur rôle sera de «définir le contenu du programme culturel du Fesnac, de déterminer les orientations scientifiques et techniques du festival, d’assurer périodiquement le suivi de l’application des orientations», a souligné Aliou Sow. Selon lui, le Conseil scientifique aura pour tâche de participer à l’évaluation de tout ce qui sera fait en vue d’impulser une nouvelle feuille de route pour la douzième édition, prévue également en 2023, cinq mois après Kaffrine.

Aliou Sow a précisé que «2023 connaitra deux Fesnac, celui organisé en janvier pour l’édition 2022 dans la région de Kaffrine et dans ses quatre dé­partements (Malèm-Hodar, Birkelane, Koungheul et Kaf­frine) et celui de 2023 dans quelques mois avec une évolution plus dynamique de ce festival».

Cette 11ème édition du Festi­val national des arts et des cultures a pour thème : «Femme, éducation culturelle et développement socioéconomique.» «C’est la femme à l’honneur, la femme urbaine, rurale», a lancé le ministre. Le Fesnac reprend après cinq ans de pause, selon Aliou Sow, «dans un contexte de redynamisation du secteur, de repositionnement du patrimoine historique et de remobilisation des acteurs culturels dans la construction des projets socio­économiques au niveau du Sénégal avec la promotion des industries culturelles et créatives».

Le gouvernement a décidé de «reprendre le Festival national des arts et de la culture dans un contexte de brassage ethnique, de la promotion de la diversité culturelle et pour qu’il soit le lancement d’un élan qui pourra apporter la meilleure réponse à tous ce qui peut diviser les Sénégalais», a-t-il dit.
Le ministre a annoncé qu’un mini-sommet de quelques mi­nistres et ambassadeurs ac­crédités au Sénégal sera organisé sur la question des industries culturelles et créatives. Aliou Sow a ajouté que la composition des jurys et la définition des critères des différents prix qui seront attribués font partie des activités de ce con­seil.

Plusieurs prix ont été annoncés. Il s’agit du «Prix Alioune Badara Bèye» pour la polyvalence à la persévérance, du «Prix Professeur Abdoulaye Elimane Kane» sur la diversité culturelle et le dialogue des cultures. Il y a aussi le «Prix Ousmane Diakhaté» sur le théâtre universitaire, le «Prix Bassirou Dieng» sur le conte oral et écrit et le «Prix femme art» pour récompenser les meilleures productions littéraires et artistiques valorisant la femme. En dehors de ces prix nationaux, des prix dédiés aux artistes locaux seront attribués. «On fera en sorte que l’esprit de compétition ne l’emporte pas sur l’esprit de fête, de dialogue», a insisté le ministre.

Cette édition est aussi placée sous le signe du brassage culturel. La collectivité léboue du Cap-Vert est l’invitée d’honneur de cette 11ème édition avec des invités tels que la famille royale d’Oussouye, la reine de Bignona et l’ambassadrice du «Thébou dieune».

Ils seront accueillis par le Buur saloum et le «Beuleup ou roi du Ndoukoumane» et leurs familles, selon M. Sow. «Toutes les dispositions seront prises pour que ce dialogue des grandes familles coutumières, qui n’a jamais cessé, soit davantage visible, consolidé et accompagné par l’Etat central à travers le département de la Culture», a-t-il conclu avant d’annoncer la tenue d’un Comité régional de développement (Crd) à Kaffrine jeudi prochain sur l’évènement.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page