Le saviez vous

30% des Sénégalais hypertendus selon Healthy Heart Africa

« Au Sénégal, près de 30 % de la population sont atteints d’hypertension, la plupart du temps non traitée, avec un taux de contrôle de seulement 8 % », peut-on lire dans un document remis au correspondant du journal Le Témoin à Mbour.

Lors du lancement de ce programme à Sicap Mbao, les responsables de ladite structure ont annoncé que 42 % de tous les décès au Sénégal sont causés par des maladies non transmissibles. Une estimation de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui nécessite de corser la sensibilisation. D’autant plus que non traitée, l’hypertension artérielle peut engendrer des complications telles qu’une crise cardiaque, un accident vasculaire cérébral (AVC) ou une insuffisance cardiaque, a par ailleurs mis en garde HHA.

D’ailleurs, un mémorandum a été signé entre AstraZeneca et le ministère de la Santé et de l’Action sociale au mois de juin. Un accord qui place ainsi le Sénégal comme le 7ème pays africain ayant abrité le programme. « Notre approche des soins de santé primaires a toujours été centrée sur les personnes et guidée par les données. Nous utiliserons cette approche pour notre déploiement au Sénégal, afin d’atteindre les personnes là où elles vivent et travaillent, et de les diriger vers des soins de qualité pour l’hypertension, conformément à notre mission de réduction des inégalités en matière de santé », a relevé Aminatou Sar, directrice Hub Afrique de l’Ouest et Sénégal à PATH (structure ayant mis en œuvre le projet au Sénégal).

« L’objectif du programme est de contribuer à la prévention et au contrôle des maladies cardiovasculaires dans le pays, en portant une attention particulière à l’hypertension », a-t-elle expliqué dans les colonnes du journal Le Témoin, indiquant par la même occasion que le programme va être déployé dans les régions de Dakar, Thiès et Saint-Louis.

Depuis son lancement au Kenya en 2014, HHA a formé plus de 8 500 professionnels de la santé à l’éducation. Une démarche qui vise à assurer l’éducation et la sensibilisation, le dépistage et le traitement de l’hypertension au renforcement des systèmes de santé grâce à la formation des prestataires de soins. Le document qui a donné ces précisions a révélé en outre qu’il a mis en marche 900 établissements de santé en Afrique pour fournir des services d’hypertension et identifié 4,1 millions de lectures de pression artérielle élevée.

Pour une meilleure efficience, le programme va contribuer au renforcement des systèmes de santé grâce à la formation des prestataires de soins. Des centaines de personnes ont été dépistées à l’HTA et au diabète à la cérémonie de lancement du programme présidé par le conseiller technique 2 du ministère de la Santé Dr Malick Ndiaye et la représentante de HHA Barbara Neil, rapporte le journal.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page