Société

Agression contre Amy Ndiaye Gniby : Pur moments pour 2députés

Les limiers de la Division des investigations criminelles (Dic) ont placé hier en garde à vue, les députés Massata Samb et Mamadou Niang, membres du groupe parlementaire Yewwi askan wi (Yaw). Ces derniers font l’objet d’une plainte de leur collègue Amy Ndiaye Gniby pour «coups et blessures volontaires» et «association de malfaiteurs».

Par Mamadou T. DIATTA – Les députés Massata Samb et Mamadou Niang, membres du groupe parlementaire Yewwi askan wi (Yaw), ont passé hier leur première nuit entre les mains des policiers. Ces deux parlementaires, qui font l’objet d’une plainte de la part de leur collègue membre du groupe Benno bokk yaakaar (Bby), du fait d’une agression dont cette dernière a été victime de leur part au sein de l’Hémicycle, ont été en effet placés en garde à vue hier par les limiers de la Division des investigations criminelles (Dic). La décision a été prise à l’issue de l’audition des mis en cause en compagnie de leurs avocats.

Auparavant, Massata Samb et Mamadou Niang ont échappé à une arrestation que des éléments de la Brigade d’intervention polyvalente (Bip) et ceux de la gendarmerie étaient sur le point d’opérer, à l’issue de la Déclaration de politique générale du Premier ministre Amadou Ba, ce lundi. Ils n’ont dû leur salut qu’à l’intervention de certains de leurs collègues députés, membres du groupe Yaw, qui ont négocié avec les Forces de l’ordre.

«Coups et blessures volontaires» et «association de malfaiteurs»
Me Baboucar Cissé, avocat de la victime, s’était rendu, la semaine dernière, au Parquet près le Tribunal de grande instance Hors classe de Dakar pour porter plainte pour «coups et blessures volontaires», mais aussi pour «association de malfaiteurs» contre les députés accusés de s’en être pris, le jeudi 1er décembre dans l’Hémicycle, à la députée-maire de Gniby, une commune du département de Kaffrine. Une plainte qui a été suivie par celles des agresseurs présumés de Mme Ndiaye. Massata Samb et Mamadou Niang avaient brandi une Incapacité temporaire de travail (Itt) de vingt-et-un (21) jours et de huit (8) jours.

S’exprimant sur la plainte de sa cliente, Me Baboucar Cissé avait déclaré avoir «rencontré personnellement le procureur de la République» à qui il dit avoir «remis la plainte». Avant d’ajouter : «Le procureur m’a dit qu’il va transmettre la plainte au niveau de la Dic. C’est déjà un délit de coups et blessures volontaires et puis j’ai ajouté l’association de malfaiteurs, parce que l’attaque a été en règle, c’est-à-dire il y a eu entente, à la limite une concertation entre les deux agresseurs.» «C’est vrai, le président de l’Assemblée nationale a déposé une plainte. C’est normal, mais Amy Ndiaye est la victime et la loi permet aux personnes victimes d’infraction de déposer une plainte. C’est nous qui avons été agressés. Donc, il est nécessaire que ma cliente dépose une plainte aussi», fait comprendre le conseil de Mme Amy Ndiaye Gniby. Evoquant l’état de santé de sa cliente, Me Cissé soutient que celui-ci «ne s’est toujours pas amélioré», d’autant plus que la députée agressée «est toujours dans un mauvais état». «Pire encore, il y a toujours ce risque d’avortement post-traumatique. Nous prions pour qu’elle ne perde pas sa grossesse, parce que sinon les infractions qu’ont commises ses agresseurs prendront une autre tournure. On ne parlera plus de délit, mais plutôt d’acte criminel», finit de constater la robe noire.

L’Assemblée nationale était en effet sens dessus dessous, ce jeudi. La cause : l’agression de la députée Amy Ndiaye Gniby de Bby par deux députés de Yaw : Massata Samb et Mamadou Niang. M. Samb avait soutenu qu’il y a une députée qui a tenu des propos discourtois sur le guide des Moustarchidines, Serigne Moustapha Sy. La dame Amy Ndiaye Gniby, qui se sentait indexée, avait répliqué en wolof en disant : «Ma tayy (J’assume).» Prenant mal cette réponse, Massata Samb va réagir énergiquement : «Ah bon !» Il quitte le pupitre pour venir vers sa collègue. Il lui administre une gifle retentissante. C’était l’acte de trop. Après cette claque, la députée reçoit un coup au niveau du ventre venant du parlementaire Mamadou Niang. Et cette dernière de s’effondrer avant de piquer une crise. Mme Ndiaye est ensuite évacuée à l’hôpital Principal de Dakar pour les premiers soins. Mme Ndiaye étant enceinte de plus de deux mois, cet acte prend une tournure encore plus dramatique.
mdiatta@lequotidien.sn

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page