Economie

Amadou Mame Diop veut renforcer les relations inter-parlementaires

L’axe Dakar-Abidjan, « force motrice de l’Uemoa »
 
Par ailleurs, le président de l’Assemblée nationale sénégalaise s’est également entretenu avec son homologue ivoirien Adama Bictogo dans le sens de renforcer et d’élargir les relations.
 
« L’excellence des relations entre les présidents Alassane Ouattara et Macky Sall se traduit dans les rapports que nos parlements entretiennent. Nos deux pays ont toujours entretenu de très bonnes relations. Notre rencontre traduit les liens d’amitié qui existent entre nos deux pays. Que ce soit sur le plan économique, culturel et historique tout simplement », a déclaré Adama Bictogo.
 
Face à la presse, il a confié qu’il a échangé avec son homologue sénégalais sur les défis qui se dressent devant eux. « Et vous savez que ces défis sont d’ordre sécuritaire, alimentaire, climatique, économique et l’emploi de nos jeunes », explique-t-il.
 
Nous considérons, poursuit-il, que l’axe Abidjan-Dakar qui est très fort doit être la force motrice de l’UEMOA. C’est un axe qui l’est déjà au plan économique, selon lui mais soutient-il, « nous devons le traduire au plan parlementaire pour donner une force à nos gouvernants ».
 
Les présidents des Assemblées nationales ivoirienne et sénégalaise ont pris l’engagement de renforcer les relations entre leurs deux pays au plan parlementaire. Pour ce faire, les deux personnalités ont convenu de bâtir un protocole d’entente entre les deux institutions. Dans cette perspective, l’Ivoirien Adama Bictogo a invité le son homologue Amadou Mame Diop à la rentrée solennelle du parlement ivoirien en avril 2023.  
 
Pour sa part, Amadou Mame Diop s’est réjoui de leur rencontre de Marrakech qui a porté sur la coopération et le renforcement des liens d’amitié entre les deux parlements. Pour lui, l’occasion a été bonne de réitérer les liens de coopération et surtout de fortifier la dynamique de la diplomatie parlementaire entre les deux pays.
 
« Nous avons échangé sur les relations d’amitié fraternelle qui lient nos deux pays et sur la diplomatie parlementaire. Nous avons intérêt à fortifier cette relation vu l’importance de nos deux pays dans notre sous-région. Nous partageons un cadre qui est l’Union économique et monétaire ouest-africaine et en rapport avec la rencontre de Marrakech, nous avons échangé sur la nécessité de transparence et de participation citoyenne dans notre gouvernance mais surtout sur la mise en place d’instruments au niveau de l’Uemoa », a-t-il déclaré.
 
La rencontre de Marrakech vise à échanger les expériences, dans le but de promouvoir les valeurs fondatrices de l’OGP, en particulier la transparence de l’action publique et son ouverture à de nouvelles formes de concertation et de collaboration avec la société civile, en s’appuyant notamment sur le numérique et les nouvelles technologies.
 
Le Partenariat pour un gouvernement ouvert est une initiative internationale lancée, en marge de la 66ème Assemblée générale des Nations-Unies tenue en septembre 2011 à New York. Cette initiative vise principalement à obtenir des gouvernements des engagements concrets en faveur de la démocratie participative en mettant le citoyen au cœur de la gestion de la chose publique par la promotion de la transparence, de l’autonomisation des citoyens, de la lutte contre la corruption et de l’exploitation des nouvelles technologies pour renforcer la bonne gouvernance.
Bassirou MBAYE
 
 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page