Actualités

Birahime Seck, Coordonnateur Forum Civil : « Nos côtes risquent d’exploser si le président …

Le coordonnateur du Forum Civil s’est offusqué de la gestion du secteur de la pêche au Sénégal qui, selon lui, engendre beaucoup de milliards dans l’économie sénégalaise. Birahime Seck prévient que « si de façon sérieuse le président de la République en tête ne prend pas à bras-le-corps ce secteur, nos côtes risquent d’exploser. Si le gouvernement ne prend pas le secteur de la pêche en compte, l’Europe n’aura jamais la paix à cause de l’émigration clandestine », a-t-il dit lors de la journée de réflexion sur la gouvernance pour une pêche artisanale durable au Sénégal.

Birahime Seck participait à cette journée organisée par la confédération africaine des organisations de la pêche artisanale. Il a profité de l’occasion pour dénoncer la « mauvaise » gouvernance de l’État du Sénégal, surtout l’utilisation de l’outil CRODT.

« Depuis des années on nous parle du CRODT. Un outil aussi stratégique, aussi important qui doit faire la recherche pour dire que vous avez du poisson ou vous en avez pas, pour dire voici comment il faut l’utiliser, cet instrument n’est pas financé ou bien est sous-financé ou dispose d’un budget dérisoire pour faire le travail. On est en train de minimiser, de détruire comme si c’était une volonté de détruire le CRODT pour ne pas connaître la vérité sur la ressource halieutique. On peut acheter des camions frigorifiques, distribuer des gilets, mais quand on n’a pas la ressource en tant que tel qui doit permettre aux acteurs de vivre quelle est l’utilité de ces types d’investissement à part de la politique politicienne », regrette-t-il.

C’est pourquoi, il dit que « le secteur de la pêche est très mal géré. Cette mauvaise administration peut même étendre ses tentacules vers un manque de respect … On vient d’assister à une régression d’un secteur aussi stratégique que la pêche au Sénégal. Au vu et au su de tout le monde, de toutes les institutions. Depuis que les acteurs de la pêche ont commencé à crier, je n’ai pas vu les parlementaires mettre en place une commission d’enquête pour savoir ce qui se passe dans le secteur de la pêche », regrette Birahime Seck qui continue ainsi de lancer des alertes pour une meilleure gestion des ressources halieutiques…
dakaractu

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page