A LA UNEActualités

Campagne arachidière : Les paysans boycottent la Sonacos

Les agriculteurs du Bassin arachidier avaient menacé de boycotter le prix plancher fixé par le gouvernement dès l’ouverture de la campagne arachidière. C’est ce qu’ils ont fait. En effet, dans leur grande majorité, ils ont tourné le dos à la Sonacos qui entend s’en tenir au prix officiel de 275 francs le kilogramme. Ignorant royalement l’huilier national, ils ont choisi le marché parallèle où ils vendent leurs graines à 400 frs le kilo. C’est ce que confie Bassirou Ba de « Aar Sunu Moomél » qui dit, dans les colonnes du journal Le Témoin, avoir sillonné plusieurs localités du Saloum (Guinguinéo, Gossas, Nioro, Kaffrine, Fatick, Mbirkilane, Malem Hodar et Koungheul) et avoir constaté partout le dynamisme du marché parallèle.

D’après l’interlocuteur du correspondant dudit journal à Kaolack, les paysans refusent de céder leurs graines à la Sonacos qui ne joue pas franc jeu avec eux, c’est pourquoi il a d’ailleurs appelé à la rétention de leurs productions et à ne pas tomber dans le piège de la Sonacos. C’est la même situation dans toute la zone du Bassin arachidier comme à Koungueul où le président de la coopérative rurale de Ribot Escale, Sadibou Ka, assume que lui et d’autres paysans trouvés en plein champ, « avons décidé de vendre entre 380 et 400 frs le kilo ».

Juste pour dire qu’il n’est pas question pour eux de remplir les magasins de stockage de graines de l’huilier national. A Dinguiraye, c’est le syndicaliste et chargé des revendications de l’Association du bassin arachidier qui explose de colère. Tamsir Ndiaye, entouré de beaucoup de paysans dans les champs, suit de très près les
opérations de vente de ses graines. Selon lui, il y a deux campagnes de commercialisation des graines d’arachide, celle « qui veut massacrer le pays » et celle « qui cherche à faire en sorte que le paysan puisse récolter suffisamment d’argent pour survivre et préparer la prochaine saison ».

« Aar Sunu Momél » annonce une plainte contre la Sonacos

La deuxième campagne dont fait état Tamsir Ndiaye est celle-là qui, à l’en croire, bat son plein dans tout le Bassin arachidier. Retenons simplement que la déception est générale chez les paysans qui disent tourner la page de la Sonacos à qui ils n’entendent pas céder leurs graines. L’organisation paysanne « Aar Sunu Moomél » pilotée par Bassirou Ba s’est dite outrée par le mutisme des autorités par rapport à leurs doléances tournant autour d’une revalorisation conséquente du prix au producteur de l’arachide. « Les
paysans souffrent beaucoup des mauvais prix de la graine, des exportations frauduleuses d’arachide vers l’étranger alors que le Sénégal en a plus besoin.

Donc, les gouvernants devraient chercher à trouver des solutions à ces goulots d’étranglements plutôt que de mener des politiques les unes plus médiocres que les autres dans le secteur arachidier ». C’est cet acteur du monde rural qui avait annoncé il y a une semaine une plainte contre la Sonacos auprès du procureur et de l’Ofnac pour mauvaise gestion de la boite par son directeur général Modou Diagne Fada. D’après Bassirou Ba, « Modou Diagne Fada a déclaré que, pour obtenir un litre d’huile d’arachide, il faut plus de 3 Kg d’arachides en graines. Il a été démenti par les spécialistes du secteur car, contrairement à ce qu’il avance, avec trois kilos de graines c’est plutôt 2 litres qu’on peut obtenir. Sans compter d’autres produits dérivés.

De plus la plus grande partie de la production arachidière est destinée à l’exportation au moment où les paysans peinent à trouver les semences et les Sénégalais de bénéficier des produits de la Sonacos». Donc, poursuit Bassirou Ba, il y a lieu de s’interroger sur les chiffres avancés par le Dg de la Sonacos. Sa conviction étant, avec ces faux chiffres, une magouille pourrait être organisée pour se remplir les poches en avançant le prétexte d’un manque de graines pour augmenter davantage le prix de l’huile d’arachide par exemple.

Avec Le Témoin…

source

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page