Caricatures du prophète Mohamed: Thierno Madani Tall sermonne l’Occident

lesoleil.sn

Le dernier « Bourda » précédant la nuit qui célèbre la naissance du Prophète Mouhamed a été vécu dans la ferveur chez la famille omarienne à Dakar. Thierno Madani Tall, Serviteur de la communauté omarienne, a flétri les excès de liberté dont se prévalent certains en Occident pour porter atteinte à l’intégrité de la Umma islamique. Il a surtout souligné la « vacuité des dessins et autres caricatures qui dépeignent, sous un mauvais jour, le Prophète d’une religion musulmane forte de plus de deux milliards de fidèles ». Dans son adresse, il a déploré le tort causé par ces « illustrations fantaisistes dont le but évident est de nuire », mais qui peut entacher la réputation du Prophète Mohamed, s’est demandé le guide devant une assistance conquise. « Par méconnaissance, certains courants de pensée affirment que la religion musulmane promeut la violence alors qu’elle est d’essence pacifique », a-t-il ajouté.

Le religieux a invité les Sénégalais, les Africains et le monde entier à se retrouver autour des valeurs de paix : « Prônez la paix et défendez-la en toutes circonstances pour le plus grand bien de l’humanité ». Thierno Madani estime venu le temps de décourager les offenses faites aux religions en privilégiant la coexistence pacifique, la tolérance et l’acceptation des différences. D’après lui, le Prophète, dans son pénible parcours, a perdu des êtres chers et des compagnons de premier plan. Mais, lorsque la victoire a été acquise, il a libéré les prisonniers en leur accordant le pardon et en faisant preuve de mansuétude. N’est-il pas de ce fait le premier artisan de la défense des droits de l’Homme ?

Thierno Madani a prié pour le Sénégal et exhorté les Sénégalais à avoir de la résilience face aux épreuves du temps. Il a ému le public en évoquant son illustre père Thierno Mountaga Amadou, inspirateur de ce « Bourda », qui fait désormais partie des grands rendez-vous religieux. L’école coranique, composée de jeunes talibés, a entonné des chants et touché l’assistance. Cette année, le contexte de crise sanitaire lié à la Covid-19 a causé l’annulation du Mawlid qu’abritait la mosquée omarienne située sur la Corniche ouest.

Demba DIENG

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 + 24 =


Bouton retour en haut de la page