Politique

Chantiers Uam, orientations : Cheikh Oumar Hann enfonce Mary Teuw Niane

Les retards dans la livraison des chantiers de l’Université Amadou Makhtar Mbow ne sont ni de la responsabilité du gouvernement ni de l’entreprise d’Adama Bictogo. C’est plutôt l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur qui en est le responsable. C’est en substance les propos de Cheikh Oumar Hann. Invité de l’émission jury du dimanche sur Iradio, le ministre de l’Enseignement supérieur a laissé entendre que son prédécesseur n’a pas respecté ce qui a été retenu au début concernant ce projet.

« Dans la gestion de ce chantier, il y a eu un dysfonctionnement au niveau du ministère de l’Enseignement supérieur. Ce n’est pas de la responsabilité du gouvernement. Le projet initial, c’était un engagement du gouvernement de 30 milliards pour construire les infrastructures d’Amadou Makhtar Mbow. Le gouvernement a sorti les 30 milliards qui ont été engagés intégralement par le ministre de l’Enseignement supérieur et les travaux ne sont pas terminés », constate-t-il.

Le problème, souligne Cheikh Oumar Hann, c’est que le projet qui était de 30 milliards au début a été redimensionné à 100 milliards. Ce qui explique les retards, mais aussi l’impossibilité pour Adama Bictogo de terminer les chantiers. « Je ne défends personne, mais l’entreprise ne pouvait pas livrer les travaux. Elle a reçu 30 milliards pour un projet de 100 milliards », a-t-il affirmé.

Cheikh Oumar Hann déclare avoir lui-même mis certaines informations sur la table du gouvernement, puisque le projet était géré entre le coordonnateur des constructions de l’Uam et le ministre de l’Enseignement supérieur de l’époque, Mary teuw Niane. Et à écouter Hann, ce dossier n’est pas une exception.

« Sur beaucoup d’orientations, quand je suis arrivé sur place, c’est moi qui les ai mises sur la table du gouvernement », enfonce-t-il.  En d’autres termes, Mary Teuw Niane prenait des initiatives sans s’en référer à ses patrons, le PM et le président de la République.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page