CulturePeople

COMMENT WALY ​DEVRA PERPÉTUER LE LEGS DE THIONE SECK

emedia.sn

Une grande voix de la musique s’en est allée. Thione Seck a livré sa dernière symphonie le dimanche 14 mars 2021. Né le 12 mars 1955 à Dakar, Thione Seck, issu d’une grande famille de griots, a rendu l’âme à l’âge de 66 ans, laissant derrière lui une carrière musicale très riche mais qui doit être achevée compte tenu des chantiers que le défunt a laissé en cours.

Il avait l’ambition de concrétiser son projet pharaonique « CEDEAO EN CHŒURS ». Pour les premières versions de cet album musical composé de plus 900 titres, la Casamance (sud du Sénégal, composée des régions de Kolda, Sédhiou et Ziguinchor) était à l’honneur. Ainsi, 33 artistes originaires de cette partie du Sénégal avaient déjà posé leur voix sur cette première partie de l’album. Autre chose que Thione Seck voulait mettre en place : un groupe de presse. Il a toujours désiré avoir sa télévision et sa radio. Il s’est contenté d’une chaîne YouTube qu’il avait commencé à animer avec du contenu déroutant. Hélas, le destin en a décidé autrement.

Aujourd’hui qu’il est parti, tout le monde se pose des questions sur comment son legs sera perpétué par ses héritiers notamment par son fils Wally Seck, devenu aujourd’hui l’un des chouchous des mélomanes de la nouvelle génération.

Journaliste culturelle et rédactrice en Chef du journal « Enquête », Bigué Bopp, joint au téléphone, indique Wally Seck a déjà commencé à perpétuer le legs de son père. La preuve, explique la journaliste, Wally Seck n’a jamais eu son propre orchestre. Il a toujours joué avec les musiciens de son père. « On dit toujours Wally et le Raam Daan. Rien que faire vivre le Raam Daan, c’est perpétuer l’œuvre de son père », a analysé la journaliste.

Guissé Pène, consultant culturel et formateur dans l’environnement juridique de la musique, estime qu’aujourd’hui Wally Seck a deux choix. Il peut, soit rester lui-même, poursuivre sa carrière et se départir de la carrière de son père, soit assurer le legs de son père. Cependant, il fait remarquer que, sur le plan musical, il n’y a que la fraîcheur musicale qui change entre Wally Seck et son défunt père. « Wally Seck parle à sa génération, Thione Seck parlait à toutes les générations », a expliqué Guissé Pène. Wally Seck peut bel et bien perpétuer l’œuvre de son père mais, ce ne sera pas facile. C’est l’avis de la journaliste culturelle de « Vox Pop » Adama Aida Kanté. Selon elle, si Wally Seck veut tenir le flambeau laissé par son père, il doit s’armer de courage. Autrement dit, il doit être très fort et être prêt à accepter tous les coups. « Son père a été sur tous les combats tant sur le plan musical que sur le plan social. Sa vie n’était pas rose mais, il s’est toujours battu pour occuper sa place », a développé Adama Aidara Kanté.

Le journaliste Fadel Lô est formel. Pour lui, il sera très difficile pour Wally Seck d’assurer la relève de son père. « Il n’a pas la même éducation, ni la même philosophie encore moins la même vision que son père », a soutenu Fadel Lô. Toutefois, il précise que Wally Seck a assez de caractère et de force pour mener à bord sa propre barque. « Il n’a jamais voulu marcher sur les traces de son père. Il a toujours voulu imprimer sa propre marque ».

Nonobstant, Wally Seck a aujourd’hui de défis à relever en tant qu’artiste montrer qu’il est le digne héritier de son père. Il doit de l’avis de Bigué Bob essayer d’atteindre le niveau de son père. « Wally est très populaire mais il n’a pas le niveau de son père. Aussi, tout le monde s’accorde à dire que son père était un parolier hors pair. Dans ce contexte où l’on décrit la qualité des textes, il se démarquerait en proposant des textes à la hauteur de ceux de son père. Un grand défi certes mais pas une utopie. Il est bien possible qu’il y arrive s’il se donne les moyens », a expliqué la rédactrice en chef du journal « Enquête ». « Wally Seck ne pourra jamais égaler son père », a rétorqué Fadel Lô. Il étaye ses propos : « Thione Seck a été très tôt abreuvé à la musique moderne. Wally ne lui arrive même pas à la cheville au niveau de l’écriture de ses textes. Il écrivait ses propres textes. Ce qui n’est pas le cas pour Wally ». Quoi qu’il en soit le Raam Daan est une œuvre construite par Thione Seck et il doit être pérenniser. Les musiciens partent, le « Raam Daan » demeure.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page