Société

CONDAMNÉ 3 MOIS FERME POUR OUTRAGE, ASSANE DIOUF HUME L’AIR DE LA LIBERTÉ

Assane Diouf voit enfin le bout du tunnel. Derrière les barreaux depuis plus de 8 mois, il hume désormais l’air de la liberté et va retrouver les siens. Condamné, ce jeudi 28 février par le tribunal correctionnel de Dakar, pour outrage à agents dans l’exercice de ses fonctions, il va être libre puisque la période de la détention préventive a couvert la peine qui lui a été infligée. Toutefois, il a été relaxé des chefs de rébellion et d’appel à un attroupement armé non suivi d’effet.

En effet, quoique son client soit libre, Me Ciré Clédor Ly fustige toujours le fonctionnement de la justice. Réagissant à la peine qui a été infligée à son client, il dit constater qu’on est en train de dévoyer la justice et le système judiciaire. Etayant ses propos, il soutient que des pouvoirs énormes sont entre les mains du procureur et du doyen des juges d’instruction qui en abusent. Ce qui le pousse à plaider pour la réforme du système judiciaire.

Ciré Clédor Ly plaide pour l’audit du procureur et du doyen des juges d’instruction
« On doit auditer le travail du procureur de la République depuis qu’il est là. On doit auditer le travail du juge d’instruction et de certains cabinets d’instruction. On doit se poser la question de savoir pourquoi des gens sont gardés en prison en violation des principes de la présomption d’innocence. Le système judiciaire est malade, il est en pente et que l’état de droit est en train de partir en lambeaux et qu’il y a des abus de qualification, des abus de procédures », a dénoncé l’avocat qui dit ne plus comprendre pourquoi l’opportunité des poursuites reste toujours entre les mains de la justice. « Aujourd’hui tout le monde se tait face aux dérives de la justice, demain tout le monde sera victime », alerte Me Ciré Clédor Ly.

Revenant sur son client, il a relevé qu’il a fait pratiquement 8 mois de détention pour rien. « L’infraction qui a été introduite dans la procédure pour pouvoir contourner la loi qui ne permettait pas qu’on le mette en détention a été la provocation à un attroupement armé non suivi d’effet. Il a été relaxé et blanchi pour ça parce que, en réalité, les propos qu’on lui prêtait étaient mensongers. Et les débats d’audience, l’audition et le visionnage de la cassette ont permis au juge de se faire une religion comme quoi cette infraction n’existait pas et qu’elle a été introduite rien que pour pouvoir le garder en prison. Il a été aussi blanchi à grande eau pour rébellion parce que tout le monde a assisté à son arrestation. Il était la victime dans cette affaire », a déclaré Me Ciré Clédor qui indique que si son client le lui autorise, il va saisir les juridictions internationales.

avec emedia

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page