Accueil Actualités Conséquence de sa déclaration de candidature à la Présidentielle : Idy limogé de...

Conséquence de sa déclaration de candidature à la Présidentielle : Idy limogé de manière diplomatique

0

Idrissa Seck a été limogé du Conseil économique, social et environnemental (Cese) et prié de prendre ses distances avec la Coalition Benno bokk yaakaar. Le chef de la mouvance présidentielle, voulant ôter à la manche de Idy la carte de la victimisation, a choisi la méthode douce. Lundi 24 avril, date de péremption du «mburo ak sow» ! 

Par Malick GAYE  – Idrissa Seck n’est plus le président du Conseil économique, social et environnemental (Cese). Cette décision prend effet ce lundi. Il a déposé sa lettre de démission comme il l’a annoncé samedi passé. C’est la conséquence de la déclaration de candidature à la Présidentielle de 2024 du leader de Rewmi qui a aussi emporté les ministres Yankhoba Diatara et Aly Saleh Diop.

En conférence de presse samedi, Idy a annoncé ce départ de la Coalition Benno bokk yaakaar comme une décision prise par ses soins. Ce que Macky Sall ne semble pas partager. Cependant, les deux anciens alliés ont chacun voulu éviter l’affrontement en faisant un tri sur les mots pour annoncer la rupture. Dans une interview accordée à la Rfm, Macky Sall a affirmé qu’on «ne peut être dans une majorité et prendre la décision d’annoncer sa candidature à la Présidentielle sans se soucier de la décision du Président». Par conséquent, Macky Sall a pris «acte de la démission de Rewmi de la coalition. Cela entraîne des conséquences sur les postes qu’ils exercent dans le gouvernement». Une position qui en dit long sur les intentions de Macky Sall. En effet, le chef de la majorité ne veut pas offrir au leader de Rewmi une occasion de se victimiser alors que l’opposition s’est radicalisée avec notamment la question de la 3ème candidature. Limoger Idy aurait été une aubaine pour celui qui avait 19% de la dernière Présidentielle et par conséquent qui est le «chef de l’opposition». Idy pourrait le mettre à profit pour se soustraire de l’image de la majorité. Ce que Macky Sall, qui ne s’est pas encore décidé sur sa candidature, ne souhaite pas.

Autre clarification : «je n’ai jamais promis à qui que ce soit de le soutenir en 2024 en échange de son ralliement», a informé hier Macky Sall.

Après avoir participé à l’élection de Macky Sall au second tour de la Présidentielle de 2012, Idrissa Seck détient des postes dans le gouvernement. Voulant sortir de la coalition, ses ministres lui tournent le dos en quittant Rewmi pour l’Apr. Idy est devenu alors l’un des principaux opposants du régime. Les deux hommes politiques ont scellé des retrouvailles en 2020, Macky Sall le nommant président du Cese, une institution consultative. Mais les divergences semblent surgir de nouveau depuis que Idrissa Seck a fait une déclaration de candidature à l’élection présidentielle du 25 février 2024 et a soutenu que la Constitution n’autorise pas Macky Sall d’y participer.
mgaye@lequotidien.sn

Article précédentProbable départ du député de Rewmi : Benno, le temps des interrogations
Article suivantTerminal à conteneurs du Port de Dakar : 76 282 conteneurs traités en mars

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici