ActualitésPolitique

Dialogue politique : Pape Diop se positionne en facilitateur

La tension politique constatée dernièrement dans le pays fait peur à Pape Diop. Le président de Bokk Gis Gis pense qu’elle prend des proportions de plus en plus inquiétantes alors qu’on s’achemine vers un scrutin présidentiel qui charrie beaucoup de passions. C’est la raison pour laquelle, l’ancien maire de Dakar appelle les acteurs du débat public à ne pas perdre de vue que «ce qui nous unit est plus fort que ce qui nous divise. Et que nous devons surtout avoir à l’esprit que ni la quête du pouvoir, ni sa conservation ne peut justifier qu’on mette en péril la stabilité du pays ».
A en croire Monsieur Diop, c’est un Sénégal stable, uni et indivisible, un pays au tissu social solide et aux institutions fortes qu’il faudra léguer aux générations futures. «Et c’est tout le sens de l’acte que j’avais posé au lendemain des législatives du 31 juillet 2022 en rejoignant le groupe parlementaire Benno Bokk Yaakaar», souligne-t-il. A l’en croire, son souci était d’éviter que l’hystérisation du jeu politique ne se transpose au niveau de l’Assemblée avec tous les risques qui pouvaient en découler sur la gouvernance du pays et sur le bon fonctionnement de nos institutions. «Les faits m’ont hélas donné raison avec les nombreux incidents survenus à l’hémicycle et qui ont malheureusement conduit à l’emprisonnement de deux députés», indique-t-il. Soucieux de l’image et du bon fonctionnement de cette institution, Pape Diop fait savoir qu’il a été beaucoup peiné par ces incidents malheureux et très regrettables. Toutefois, il dit garder bon espoir qu’en s’appuyant sur les ressorts qui ont toujours permis de traverser les périodes les plus difficiles sans grand dommage pour le pays, il arrivera à préserver l’essentiel à savoir : la cohésion sociale qui a toujours été une exception sénégalaise.
Pour ce faire, il pense qu’il faut nécessairement renouer le fil du dialogue. Il rappelle que le président de la République en a émis le souhait dans son message à la Nation du 3 avril et pense que tous les acteurs politiques doivent y travailler afin que notre pays renoue avec cet esprit de dialogue qui a toujours fait sa réputation. Pour sa
part, il entend mettre à profit ses bonnes relations avec l’ensemble des acteurs politiques pour aider à réenclencher la dynamique de concertation qui a longtemps prévalu entre la majorité et l’opposition.
Sa conviction, déclare-t-il, est que l’esprit de communion, de partage, de solidarité et de pardon soit préservé afin que le Sénégal soit épargné par les soubresauts que certains prédisent. Il n’a pas manqué de saluer et de rendre hommage aux guides religieux dont les prières accompagnent le Sénégal et ont permis jusque-là de préserver
le pays des remous qu’ont vécus ou que vivent encore d’autres pays.

Seydina Bilal DIALLO

source

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page