ActualitésPolitique

El Hadj Dia (Ambassadeur itinérant) : « Idrissa Seck est pensionnaire de l’école où les intérêts personnels priment sur l’éthique en politique ! »

Quelqu’un dit quelque part qu’en politique, il n’y a que des intérêts. Son école doit aussi être celle d’Idrissa Seck. Le Thiessois est, sans doute, l’un des pensionnaires les plus irréductibles de ce courant pour ce qu’on sait de son passé politicien fait de calculs et de tactiques dont seuls Machiavel et lui ont le secret. Je n’analyse pas l’homme pour le critiquer, mais juste pour le démasquer.

En tant qu’acteur politique, je ne reproche pas à Idrissa Seck sa ruse (qui n’a rien à voir avec l’intelligence) qui lui permet d’accéder à des postes de prédilection le temps de se refaire une santé politico-financière et le moment choisi, de claquer la porte pour jouer au héros. Je lui reproche le timing et la manière assez sournoise avec laquelle il procède. Aller prier fadjr chez l’adversaire, alors qu’on est dans une coalition, rendre visite à la famille du bras droit de l’adversaire arrêté pour délinquance, menacer un ministre juste parce qu’il dit du bien de l’autre et le tout enveloppé dans un faux sourire, m’agace.

Idrissa Seck a indubitablement perdu ses facultés de réflexion, d’analyse et de décision. Je n’irai pas jusqu’à dire qu’il est frappé de démence. Je dirai juste qu’il a perdu la raison pour, malheureusement, un fauteuil présidentiel trop béant pour sa taille. Sa démarche avec le Président Macky Sall sorti de l’école de l’éthique politique, montre que ce monsieur cet un ange tombé dans la fange de la dure réalité de la déchéance politique!. Mon ambition la plus pressante est de voir Idy vider le plancher. Qu’il soit défenestré! Que l’on ne lui donne pas le plaisir de démissionner !

Et j’appelle les cadres de l’Apr à se donner la main pour faire le bloc autour de la candidature du Président Macky en 2024. Nous ne devons pas laisser l’adversaire et le traître se liguer tranquillement. C’est nous que cette opposition devra avoir en face et non notre leader national. Ce leader dont la candidature est une demande Africaine socialement et politiquement justifiée.

Pour terminer, je voudrais lancer un appel aux jeunes de ce pays. Je leur demande de refuser la manipulation. Nous avons une opposition aux abois qui ne cherche qu’à bouleverser notre unité et à saper notre tranquillité de vie.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page