ActualitésDiaspora

Emigration: Le Maroc expulse 110 clandestins sénégalais

Le gouvernement marocain a affrété un avion pour expulser une centaine de Sénégalais qui avaient fait naufrage lors de leur voyage vers les îles Canaries espagnoles, selon des sources diplomatiques marocaines.

Bien qu’ils aient déclaré ne pas connaître le nombre exact de personnes expulsées, le portail d’informations goud.ma a déclaré qu’il y avait exactement 110 passagers sur ce vol d’expulsion.

Les sources ont expliqué que le vol, qu’elles qualifient de « rapatriement humanitaire » , a quitté la ville sahraouie de Dakhla pour Dakar, et que tout a été fait en coordination avec les autorités sénégalaises et « dans le plein respect des droits » de ces citoyens.

Les Sénégalais voyageaient dans un ou plusieurs cayucos qui se rendaient aux îles Canaries à une date non précisée et qui ont fait naufrage au large de la ville sahraouie de Dakhla, alors que leur navire avait déjà effectué les trois quarts du voyage total.

Après avoir fait naufrage, les migrants ont été secourus par des agents marocains – vraisemblablement de la Royal Navy – qui les ont emmenés à terre et leur ont fourni une aide humanitaire avant d’organiser leur expulsion.

Ce n’est pas le premier vol de déportation organisé par le Maroc vers les pays africains: au moins cinq autres sont partis entre fin septembre et début octobre vers Dakar (deux), Bamako (deux) et Conakry, tous transportant des émigrants de ces pays trouvés en situation irrégulière.

Toute la côte atlantique du sud du Maroc au Sénégal est le théâtre depuis l’été d’un trafic inhabituel de bateaux et de cayucos dans lequel des milliers de personnes, marocains et majoritairement sénégalais, tentent de rejoindre les îles Canaries comme porte d’entrée vers l’Union européenne, bien que nombre d’entre eux finissent par être expulsés.

Hier encore, un groupe de 22 personnes (20 sénégalais, un mauritanien et un guinéen) ont été déportés sur un vol affrété par le ministère espagnol de l’intérieur de Gran Canaria vers la ville de Nouadhibou, et de là expulsés par la Mauritanie vers le Sénégal.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
25 + 17 =


Bouton retour en haut de la page