A LA UNELe saviez vousSociété

ENQUÊTE: «Des jeunes s’initient au tabac avant l’âge de 7 ans»

“NOUS VENONS de terminer une enquête nationale de tabagisme chez les enfants âgés de moins 15 ans. Nous avons remarqué que les enfants commencent à fumer avant l’âge de sept ans», déclare-t-il dans une interview avec l’APS. M. Ba précise que «14,5% des enfants âgés de moins 15 ans au Sénégal» s’initient au tabac. Et, malgré la loi interdisant la vente de tabac aux mineurs, les commerçants «continuent de leur en vendre dans les boutiques», a-t-il signalé.

«Dans tous les pays du monde,le tabac doit être vendu dans des boutiques dédiées», a-t-il rappelé, déplorant que cette règle ne soit pas appliquée au Sénégal. Un décret sera publié pour réglementer la vente du tabac, de manière à ce qu’elle se fasse dans des boutiques dédiées. Ce décret aura pour effet d’obliger toute personne voulant acheter du tabac à se rendre dans une boutique dédiée, selon le coordonnateur du PNLT.«Cela va rendre le tabac moins accessible»,espère-t-il, précisant que l’enquête dont il a déjà parlé n’a pas été rendue publique.

Mettre le tabac hors de portée des petites bourses. Revenant sur le décret tant attendu, Oumar Ba annonce qu’ «il va mettre le tabac hors de portée des petites bourses,de sortir le tabac des sites où on vend des produits alimentaires et le mettre hors de portée des enfants». «Si nous avons des boutiques dédiées, forcément il y aura la mention +Interdit aux mineurs+. C’est écrit sur les paquets de tabac, mais ce n’est pas mentionné dans les boutiques», fait-il remarquer. «Si on rend le décret effectif, on mettra des kiosques dédiés.

On pourra alors vérifier leur état civil et les enfants ne pourront pas acheter du tabac», a expliqué M. Ba. Revenant sur la loi antitabac votée le 14 décembre 2014,le docteur Oumar Bâ rappelle que, selon son article 20, «pour vendre du tabac, il faut avoir l’autorisation préalable [des autorités]». Le prochain décret va fixer «les conditions, les formes et les normes de vente du tabac», selon lui. «Tous ceux qui veulent vendre du tabac vont se soumettre aux dispositions du décret».«Un combat continu» En ce qui concerne les avancées de la lutte contre le tabac au Sénégal, il a expliqué qu’ «il n’y a plus de publicité de tabac dans la rue». «Vous ne voyez plus de panneaux sur la cigarette (…)

Les gens doivent s’approprier la loi», conseille Oumar Ba. «C’est un changement de comportement. Il y a aussi l’interdiction de fumer dans les lieux publics. Nous avons une banque d’images pour changer l’étiquetage,chaque année. Les photos parlent même aux personnes qui ne savent pas lire. Beaucoup de choses restent à faire, c’est un combat continu»,a souligné le médecin. Il estime qu’ «il faut encore des ressources» pour renforcer
la lutte antitabac. «Il nous faut des ressources endogènes et un financement innovant», insiste-t-il. M. Ba estime que «la lutte contre le tabac est transversale». «Nous avons un plan stratégique très ambitieux. Si nous obtenons le financement de ce plan, on pourra faire beaucoup de choses. Le tabac est un tueur silencieux, ça appauvrit l’utilisateur (…) et l’Etat».

Guy Marius Sagna a envoyé un cadeau spécial au Chef de l’Etat qui a soufflé ses 59 bougies hier. L’occasion saisie par l’activiste pour lancer «le cri de détresse des sénégalais morts dans le désert du Sahara, dans la mer méditerranée ou l’océan atlantique».

Alpha Ousmane NDIAYE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
10 + 24 =


Bouton retour en haut de la page