A LA UNESports

Equipe nationale Sénégal: les gagnants et les perdants de ce rassemblement de juin

Après un mois de mars compliqué ponctué par deux matches insipides, les « Lions » se sont redonnés de la confiance avant le début des éliminatoires de la Coupe du monde 2022. Ces deux succès probants contre la Zambie (3-1) et le Cap-Vert (2-0) ont cependant souri à certains, moins à d’autres. Retour sur les gagnants et perdants de cette fenêtre FIFA de juin.

Ils ont gagné des points: Ismaila Sarr
Absent lors du dernier regroupement pour cause de blessure, Ismaila Sarr aura fait un retour avec fracas. Le joueur formé par Génération Foot qui sort de sa saison la plus aboutie depuis son départ pour l’Europe (13 buts et 10 passes décisives) est resté dans cette continuité en étant l’un des grands gagnants de ces deux matches amicaux. Il a été en effet impliqué sur les trois buts des « Lions » contre la Zambie. Il a provoqué le pénalty transformé par Sadio Mané, offert sur un plateau le deuxième but à Krépin Diatta puis marqué le troisième but.

Une prestation XXL qui fait partie de ses meilleures en équipe nationale. Positionné sur le côté gauche dans le 4-2-3-1, « Izo » a été à son aise à ce nouveau poste et aura donné satisfaction. Même s’il a été moins étincelant lors du second match contre le Cap-Vert, il a provoqué le pénalty du 2-0. Deux prestations qui indiquent qu’il est mieux à l’aise à gauche et qu’il a franchi un palier dans cette équipe puisqu’Aliou Cissé peut compter sur lui pour décanter la situation.

Avec Sadio Mané, Boulaye Dia et Krépin Diatta, ils forment un quatuor de feu qui pourrait produire des étincelles lors des prochaines échéances.

Nampalys Mendy
Sa venue dans la Tanière après des années d’hésitation a apporté une réelle plus-value aux « Lions ». Avec Gana Gueye, il a formé un duo d’essuie-glace efficace devant la défense qui peut donner des motifs de satisfaction pour le futur.

Le sociétaire de Leicester a apporté une réelle plus-value dans l’entrejeu de l’équipe d’Aliou Cissé au point de faire l’unanimité alors qu’il n’a disputé que ses troisième et quatrième matches sous la tunique sénégalaise. Son compère Gana Gueye aura également tiré son épingle du jeu en marquant sur coup franc direct contre le Cap-Vert mettant ainsi fin à une longue disette dans ce domaine.

Sadio Mané et les penalties
Il s’était montré fébrile dans cet exercice en ratant contre la Cameroun en quart de finale de la CAN 2017 puis manqué deux autres lors de la CAN 2019 (contre le Kenya et l’Ouganda) au point de décider de ne plus tirer de pénalty. Mais cela semble être maintenant dans le rétroviseur tant Sadio Mané aura converti tous les penalties qu’il a tirés avec les « Lions ».

Après avoir réussi l’exercice contre la Guinée Bissau en novembre, il a récidivé en marquant aussi bien contre les « Chipolopolos » que contre les « Requins Bleus » en tirant à chaque fois en force à droite du gardien. Une nouvelle façon dont il confie avoir travaillé durement en club. S’il garde une telle efficacité sur ce domaine, les gardiens adverses auront du souci à se faire.

Les perdants Le stade Lat Dior
Malgré de nouveaux travaux de réfection estimés à 400 millions FCFA par le président de la Fédération sénégalaise de football, le stade Lat Dior de Thiès n’est cependant pas encore sorti de l’ornière. L’édifice sportif niché dans la capitale du rail n’aura pas donné un satisfecit pour ce premier rendez-vous après sa non-homologation par la CAF.

La coupure d’électricité à la mi-temps qui a occasionné 30 minutes au lieu de 15 initialement aura laissé des traces dans le jeu des Lions qui ont manqué de rythme en seconde période contre la Zambie. Une extinction des feux due à la panne du groupe électrogène au moment du ravitaillement en carburant.

Heureusement que pareille situation ne s’est pas reproduite lors du match de mardi. La pelouse est également tout aussi crade au point d’être traitée de « catastrophique » par Sadio Mané appuyé en cela par son entraineur Aliou Cissé. Les images du jardinier tenant un tuyau pour arroser le milieu de terrain ont donné une image hideuse renvoyant à des années en arrière.

La déclaration maladroite du président de la Fsf indiquant que « ce n’est pas Manchester City, ni Chelsea, ni Liverpool, ni Naples, mais il est bien meilleur que beaucoup de stades africains » n’allait pas de la sens d’une amélioration. Mais tout cela ne devrait être qu’un mauvais souvenir puisque le même Augustin Senghor a annoncé l’arrivée prochaine de l’expert qui a retapé les pelouses des stades du Cameroun au point d’en faire l’une des meilleures d’Afrique.

L’objectif sera d’avoir une pelouse digne de la première Nation africaine au classement de la FIFA avant les prochaines échéances.

Les latéraux
Titularisés lors de ses deux matches amicaux, Lamine Gassama et Saliou Cissé n’auront pas marqué de points par rapport à la concurrence. De retour dans la Tanière après plus d’un an d’absence, Gassama n’aura pas apporté un plus à son style habituel. Toujours aussi solide défensivement, le joueur de Goztepe (Turquie) n’aura pas été d’un grand apport offensif.

Emprunté dans certains de ses choix et sorti lors de chacun de ses matches, il n’aura pas profité de l’absence du titulaire habituel, Youssouf Sabaly, qui devrait être le numéro 1 dans ce couloir droit de la défense sénégalaise. Son compère du couloir gauche, Saliou Ciss, n’a également pas trop bien profité de ses deux titularisations.

Plutôt volontaire sur l’aspect offensif, il a cependant manqué de justesse technique dans certains de ses choix. Loin d’être ridicule, il ne donne toutefois pas de garantie à ce poste de latéral gauche tout comme son concurrent Fodé Ballo-Touré qui ne montre pas de plus-value depuis qu’il est convoqué avec les « Lions ». Le décalage d’Abdou Diallo sur ce côté pourrait être la solution si l’on sait que ce dernier joue régulièrement à ce poste avec le PSG et que Kalidou Koulibaly n’est pas trop à l’aise comme axe droit.

Le repli défensif et l’absence d’un vrai milieu offensif
Le système en 4-2-3-1 appliqué par Aliou Cissé aura marqué les esprits avec des « Lions » en somme convaincants. Mais tout n’a pas été parfait. Lors de la deuxième mi-temps contre la Zambie mais aussi lors de la première période contre le Cap-Vert, on a vu une équipe scindée en deux avec Sadio Mané qui décrochait peu pour créer ce liant entre le milieu et l’attaque.

Malgré la volonté débordante de l’enfant de Bambali de créer des décalages il en ressort que ce n’est pas son rôle premier. L’équipe manque réellement d’un joueur qui sait faire des passes qui cassent des lignes, prendre à bras le corps l’animation des « Lions ». Un choix devra également être fait entre Gana et Nampalys si l’on sait que l’équipe aura besoin d’un milieu relayeur quand elle fera face à des blocs bas.

Aliou Cissé devra parfaire ce système en insistant sur le repli défensif de ses poulains qui a parfois joué des mauvais tours avec des occasions concédées. Face à de grosses pointures, cela risque de faire très mal.

Le Témoin

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page