Infos CoronavirusSociété

GAMOU 2020: AU MARCHÉ DE NDIASSANE, ON NÉGLIGE LE PORT DU MASQUE

Le comité de santé créé par les organisateurs du Gamou de Ndiassane (ouest) a du mal à faire respecter le port du masque, surtout au marché de cette ville religieuse.

De nombreux commerçants et visiteurs font fi de cette mesure de protection, dans cet espace commercial qui reçoit la visite de nombreux vendeurs dont certains sont venus des pays voisins pour commémorer la naissance du prophète Mohamed (PSL).

Certaines personnes semblent oublier la pandémie de Covid-19, malgré les activités de sensibilisation menées par le comité de santé du Gamou.

‘’Le masque est dans mon sac, il fait très chaud‘’, s’explique Mimi Doumbia, une vendeuse de bijoux venue du Mali, lorsqu’on lui demande pourquoi elle n’en porte pas.

Un vendeur de tissus rencontré au marché de Ndiassane ne s’encombre pas non plus de masque. Le Covid-19 ne résiste pas à la forte chaleur qu’il fait à Ndiassane, dit-il sans ambages.

‘’Les gens ne le savent peut-être pas, mais le virus ne circule que dans les pays froids. Il ne peut pas survivre au soleil’’, soutient Mohamed Konaté, avec beaucoup d’assurance, estimant qu’il ne sert à rien de porter le masque.

Fatoumata, une vendeuse d’encens et de fruits, dit n’avoir pas eu de masque parce que les organisateurs de la fête religieuse n’en distribuent pas. Pourtant, à l’entrée de la ville, des membres du comité de santé en offrent gratuitement aux pèlerins et aux commerçants.

Macoumba Diouf, l’un des quatre infirmiers d’Etat qui prennent part à la prévention du Covid-19 à Ndiassane, parle de la ‘’réticence’’ des populations à porter un masque de protection. Pourtant, dit-il, une campagne de sensibilisation sur l’importance du masque a été organisée par les services sanitaires.

’Tout le monde a un masque, mais on le met dans ses poches. On a beau leur parler, ils persistent…’’ déplore M. Diouf.

Au poste de santé de Ndiassane, la Croix-Rouge sénégalaise déroule une campagne de prévention du Covid-19, avec la collaboration des infirmiers. Une tente est aménagée au poste de santé pour recevoir d’éventuels cas suspects de coronavirus. Du matériel de dépistage est mis en place.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page