Actualités

Horizon – Moustapha Diop, directeur de Keur Massar Hip-Hop Festival : «Nous voulons transformer la passion des jeunes de Keur Massar en profession»

Après une première réussie, le département de Keur Massar accueille la deuxième édition de Keur Massar Hip-Hop Festival, qui se déroule du 14 au 20 novembre 2022. Initiée par Moustapha Diop, entrepreneur culturel et acteur à l’Unesco sur la diversité des expressions culturelles, cette édition prévoit un programme riche et varié qui ambitionne de former les jeunes artistes de Keur Massar en action artistique et culturelle. Ce projet ambitieux, indique son promoteur, Moustapha Diop, est venu à son heure.

C’est quoi Keur Mas­sar Hip-Hop Festival ?
Keur Massar Hip-Hop Festival est un projet de festival international de hip-hop et des cultures urbaines qui intervient pour la deuxième fois à Keur Massar et qui consiste à organiser des manifestations culturelles, artistiques, éducatives et sociales. Nous avons senti à Keur Massar, qu’il n’y a pas de festival ni de cadre qui regroupe les jeunes artistes et acteurs culturels de Keur Massar. Un cadre qui leur permette de s’exprimer, de se former en action culturelle et artistique. Donc, c’est dans ce sens qu’on a initié Keur Massar Hip-Hop Festival, qui est un projet de festival des cultures urbaines qui a déjà organisé des sessions de formation, de graffiti, des panels et des résidences artistiques, des projections de films, des soirées de Slam. A travers ce festival, la jeunesse de Keur Massar et environs pourra bénéficier au moins d’un cadre lui permettant de s’exprimer et de se former par l’art et la culture.

Comment vous est venue l’idée de mettre sur pied ce projet ?
En tant que jeunes, nous étions en train de faire beaucoup de formations, surtout aller à Pikine à Africulture, à Guy Hip-Hop Guédiawaye, à la Maison des cultures urbaines de Dakar. Aller un peu partout pour bénéficier des cadres de formation qui étaient mis en place. Donc, suite a cela, nous avons senti un besoin à Keur Massar parce que, là-bas, il n’y a pas de festival et les jeunes artistes n’ont pas de cadre qui leur permet d’exprimer leur talent. Donc, en tant qu’entrepreneur des jeunes résidents de Keur Massar, on a jugé nécessaire de mettre en place ce festival pour permettre à ces jeunes artistes de Keur Massar de se former d’abord, ensuite de s’exprimer en action artistique et culturelle.

Quelles sont les grandes lignes du programme de cet événement ?
La deuxième édition aura lieu du 14 au 20 novembre 2022 à Keur Massar. Donc, en partenariat avec les Offices internationaux de la jeunesse du Québec, nous allons déplacer à Keur Massar, trois slameurs du Québec Canada. Et ces 3 slameurs vont faire, avec des slameurs sénégalais, une résidence artistique sur les enjeux climatiques. Nous allons aussi inviter un cinéaste, photographe belge qui viendra à Keur Massar pour former les jeunes de cette localité en photo et vidéo. Aussi, pour cette deuxième édition, il y aura des sessions de formation en entrepreneuriat, graphisme, gestion de  projet culturel, photo-vidéo, leadership développement personnel, Dj pour 150 jeunes du département de Keur Massar. Il y aura aussi un reboisement d’arbres à l’école Massar Dièye de Keur Massar, une caravane multi-ethnique des diversités culturelles. Il y aura aussi un dîner de gala à la Brioche dorée de Keur Massar, mais aussi un concert showcase de remise d’attestations, suivie de prestations artistiques de 25 jeunes de Keur Massar. Dans le cadre de cette deuxième édition, le Québec et la Belgique sont invités d’honneur.

Justement, à travers ce festival, quels sont les objectifs que vous vous êtes fixés ?
L’objectif, c’est de contribuer à la mise en place d’une scène artistique au niveau de Keur Massar, parce que nous constatons que là-bas, il n’y a pas une scène artistique qui valorise les artistes. Ensuite, nous voulons participer, à travers notre art, à former les jeunes de Keur Massar en action artistique et culturelle, parce qu’il y a beaucoup de jeunes qui sont à Keur Massar qui aiment les cultures urbaines, mais n’ont pas de cadre d’expression. Donc, nous voulons, à travers ce festival, transformer la passion de ces jeunes en profession.

Peut-on avoir le bilan de la première édition ?
Pour la première édition, nous avions eu à former 150 jeunes de Keur Massar en entrepreneuriat, leadership développement personnel, prise de parole, photo et vidéo. Nous avons aussi organisé un panel qui avait pour thème : «Entreprendre en banlieue», suivi de remise d’attestations. A travers ce panel, on avait noté la participation de beaucoup de jeunes dynamiques, leaders de changement qui ont parlé avec la jeunesse présente de leurs rôles et positions.

Comment ce festival est financé ?
Le festival est financé par l’Etat du Sénégal d’abord, par le ministère de la Culture à travers le Fonds de développement des cultures urbaines (Fdcu). Ensuite, nous avons d’autres partenaires comme la Der, 3Fpt, l’ambassade du Canada. Mais le financement, si je peux dire ainsi, n’est pas suffisant parce que le projet est très ambitieux. On a dû éliminer certains programmes pour mettre à l’aise les artistes et les jeunes qui veulent faire la formation. Keur Massar, c’est un département de 6 communes, et un grand projet comme ça, mérite beaucoup plus d’attention.

Après la première édition, qu’est-ce que Keur Massar département a gagné dans ce festival ?
Keur Massar département a beaucoup gagné, parce que les jeunes sont formés, des artistes de Keur Massar département, à travers le festival, ont eu l’occasion d’avoir un cadre pour s’exprimer en action artistique. Keur Massar est un peu pollué, il y a la décharge de Mbeubeuss, on va reboiser des arbres, faire une grande sensibilisation sur les enjeux climatiques car c’est très important pour nous. La vocation de ce festival, c’est la formation des jeunes et les enjeux climatiques, l’environnement. Le projet vise aussi à capaciter 150 jeunes du nouveau département de Keur Massar en photo, vidéo, en entreprenariat et aux métiers du numérique. Keur Massar Hip-Hop Festival est une rencontre qui est venue à son heure.

Message…
En prélude à cet événement, nous lançons un appel solennel à tous les fils de Keur Massar de venir supporter cette belle initiative, parce qu’il y va de l’image de Keur Massar, et c’est Keur Massar qui gagne.

Donc, les étrangers seront à Keur Massar et il faut qu’on profite de cette occasion pour leur montrer notre culture, notre capacité à accueillir d’autres gens de par notre teranga.
Propos recueillis Par Ousmane SOW

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page