Accueil Actualités Keur Massar, entre deux eaux !

Keur Massar, entre deux eaux !

0

A quelques jours de la fin de la révision exceptionnelle des listes électorales, le département de Keur Massar est en plein dans les opérations d’inscription, de réinscription, de mutation et consorts. Partagées entre six localités (Yeumbeul Nord et Sud, Jaxaay, Keur Massar Nord et Sud et la commune de Malika), les commissions administrations déroulent leurs activités en direction des futurs suffragants, en essayant de parer aux impondérables liés à la Korité ou autre grève décrétée, lundi dernier, par les travailleurs de la commune de Keur Massar Sud. Immersion dans quelques centres du quarante-sixième (46e) département du Sénégal.

Le centre de santé Fatoumata Ba, situé dans le quartier Aïnoumady, commune de Keur Massar Sud, abrite une commission d’inscription sur les listes électorales. Ce n’est pas le grand rush au moment de notre passage. «Depuis la veille de la fête de Korité, les gens se font rare», ont affirmé les mandataires des partis politiques. Qui plus est, la grève des employés de la commune de Keur Massar Sud, en croisade contre l’incarcération du maire de la commune, Bilal Diatta, a impacté les inscriptions sur les listes électorales. Pour cause, «la mairie n’a pas délivré de certificats de résidence», révèle Omar Sall, membre de la commission de révision exceptionnelle des listes électorales. Et de poursuivre : «les certificats de résidences nécessaires pour s’inscrire ne sont plus délivrés par la mairie. Ce mouvement va durer jusqu’au mercredi 26 avril», nous confie le suppléant de la Commission électorale nationale autonome (Cena). Au nombre de deux, ces membres de la Cena qui siègent dans les commissions ont pour rôle de superviser l’inscription sur les listes électorales.

Installés, dans la cour du dispensaire Fatoumata Ba, les membres de la commission sont tous présents, au moment de notre passage ; ainsi, quelques mandataires des partis politiques et coalitions de partis politiques en l’occurrence Bennoo, le Parti de l’unité et du rassemblement (Pur),  les Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef) etc. Abdoul Lahad Cissé, représentant de Bennoo, laisse entendre, relativement au taux de fréquentation de la commission,  que les 06, 07 et 08 avril dernier, marquant le début de la révision des listes, les gens étaient venus nombreux pour s’inscrire sur les listes. Mais, à l’approche de la fête, les gens étaient plus préoccupés par les préparatifs de la Korité qu’à s’inscrire.  «Les trois jours précédant la fête, nous avons constaté une baisse considérable des primo votants», a ajouté M. Cissé de Benno.

Son collègue mandataire de Pastef, Youssouph Sadio, déclarera, pour sa part : «Pour l’instant, tout se passe très bien ; le courant passe entre les membres de la commission et nous. Ils sont accueillants. Le travail commence à l’heure.  Cette journée (lundi 24 avril-ndlr), les gens ne sont pas venus du tout. Elle bat le record en termes de baisse d’inscription sur les listes électorales dans cette commission. Il y a aussi l’effet de la grève des travailleurs de la commune qui a eu des incidences sur les inscriptions. Ceux qui veulent changer de lieu de vote doivent patienter encore. Ce blocage est lié à la grève des agents de la mairie de Keur Massar Sud».

Au dispensaire Fatoumata Ba, tout est cependant organisé pour qu’il n’y ait pas de confusion entre les malades, venus en consultation, et les personnes qui désirent s’inscrire sur les listes électorales. Les patients sont à l’intérieur du bâtiment. Assis dans les couloirs, ils attendent d’être auscultés par un médecin. Aucune perturbation dans le fonctionnement du service. Même au début des inscriptions, quand il y avait le rush, le dispensaire fonctionnait normalement, informe-t-on. Cela n’a pas entrainé des perturbations dans le service.

En ce qui concerne le nombre d’inscrits sur les listes électorales, Madame Cissé, présidente de la commission, estime ne pas être en mesure de donner les statistiques sur la révision exceptionnelle. Selon elle, seul le préfet est habilité à communiquer les chiffres. «Nous faisons le point de la situation qu’on transmet au préfet  du département. Donc, il faut  se référer à la préfecture de Keur Massar.» Par ailleurs, le sous-préfet de Malika, Serigne Mbacké  Diawara, a indiqué qu’«à la fin de chaque semaine, nous faisons le point de la situation. Ensuite, nous transmettons au préfet les données».

RUSH A KEUR MASSAR NORD

A Keur Massar Nord, dans le centre où se déroulent les inscriptions, l’ambiance contraste d’avec celle de la commission du centre de santé du quartier Aïnoumady (Keur Massar Sud). Le service de l’état civil de la mairie de Keur Massar Nord est pris d’assaut, tous les matins, par les usagers. Ils veulent se faire établir un certificat de résidence, aux fins de s’inscrire sur les listes. Mamadou Mané, du service état civil de la commune de Keur Massar Nord, par ailleurs, chef du bureau des archives, précise : «Le service est très sollicité en cette période d’inscription sur les listes électorales. Tous les certificats de résidence que nous délivrons sont en bonne et due forme».

Ce qui contraste toutefois avec les révélations faites par le mandataire de l’Alliance pour la République (Apr), Mamadou Saliou Sané, qui indexe des cas de certificats de résidence antidatés. «Ceux qui détenaient des certificats antidatés, on les a renvoyés. Mais finalement, tout est rentré dans l’ordre».

Pour Alassane Ka, de «Taxawu Sénégal», les membres de la commission  travaillent sans difficultés majeures. «Les gens viennent en masse s’inscrire, en respectant l’ordre d’arrivée. On demande à toute personne qui débarque de s’inscrire sur la liste et de suivre les rangs.  Cela  permet de faciliter le travail».  L’attente est cependant longue, parfois, à cause de l’affluence très importante, témoignent certaines personnes que nous avons rencontrées sur place.

Malgré tout, «les commissions restent très performantes», fait remarquer l’autorité administrative de l’arrondissement de Malika. La sous-préfecture gère les deux commissions : celle de Malika qui partage le même bâtiment que la sous-préfecture, ainsi que la commission de révision des listes électorales de Keur Massar Nord.

Le président Cheikh Guèye de cette dernière commission révèle d’ailleurs : «Chaque jour, environ, 180 personnes à 200 personnes sont inscrites sur les listes électorales au niveau de ce centre». Au total, six commissions ont été instituées pour les inscriptions sur les listes électorales dans le département de Keur Massar. Elles sont réparties entre les communes de Yeumbeul Nord et Sud, Jaxaay, Keur Massar Nord et Sud et la commune de Malika.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici