Actualités

Lancement des travaux du pont de Rosso: un tournant décisif dans les relations sénégalo-mauritaniennes

Lesoleil.sn

Les présidents mauritanien Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani et sénégalais Macky Sall ont supervisé mardi la pose de la première pierre de la construction du pont de Rosso. Cette infrastructure d’un coût global de 60 milliards de FCfa, va renforcer la circulation des transports et les échanges commerciaux entre les deux pays frères.

Long de 1 481 mètres et large de 7,2 mètres dans les deux sens, avec notamment une largeur de la plateforme piétonne de 2 125 mètres et d’un trottoir cyclable large de 2 425 mètres, le pont de Rosso, d’un coût global estimé à 60 milliards de FCfa, est la matérialisation d’une volonté commune des Présidents sénégalais Macky Sall et mauritanien Mohamed Ould Ghazouani de permettre aux populations de traverser plus facilement et rapidement le fleuve Sénégal qui sépare les deux pays. Une frontière naturelle qui a toujours constitué un obstacle majeur à la mobilité des personnes et des biens.
Les travaux de sa construction sont lancés dans un contexte de demande croissante de transport sur le corridor reliant l’Europe et l’Afrique.

En réponse à cette croissance rapide dans le domaine des échanges et pour favoriser l’intégration régionale et renforcer les liens de fraternité entre les deux peuples frères, les gouvernements des deux pays ont donc décidé de construire un pont sur le fleuve Sénégal, dont les travaux, assurés par une société chinoise dénommée Poly Changda, seront achevés en trente mois, selon les autorités routières sénégalaises et mauritaniennes. Il est cofinancé par les deux gouvernements, la Banque africaine de développement (Bad), l’Union européenne (Ue) et la Banque européenne d’investissement (Bei).
En plus de l’ouvrage lui-même, le projet comprend trois autres contrats relatifs à l’étude et la conception des postes de contrôle aux frontières, la sensibilisation des habitants de la zone du projet sur la prévention des maladies infectieuses, la protection de l’environnement, la sécurité routière, et le suivi et l’évaluation de l’impact social et économique du projet.

A noter, par ailleurs, que la mise en œuvre de ce projet est supervisée par une cellule technique mixte et un comité supérieur spécialisé sous la tutelle des ministères de l’équipement des deux pays. Également, les volets annexes de l’ouvrage comprennent la réhabilitation de 10 km de voirie urbaine dans la partie mauritanienne de Rosso. S.G

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page