A LA UNE

Le coronavirus a engendré un déficit de poches de sang au Sénégal

Conséquence inattendue de l’entrée du virus au Sénégal. Les sénégalais ne donnent plus de sang, ce qui a créé un déficit de 25% pour le centre national de transfusion sanguine. Cette situation si elle s’accentue risque de mettre les hôpitaux dans une situation intenable.

Une inquiétude soulevée par le directeur de Cnts, Pr Saliou Diop, qui s’exprimait, ce mardi, en prélude du 10e congrès de la Société Africaine de Transfusion Sanguine ( Sats) qui se tiendra cette fois ci à Dakar du 20 au 23 avril.

« Nous avons constaté que depuis la communication qui est faite pour éviter les attroupements on a une réduction importante du nombre de donneur de sang. D’ailleurs les collectes que nous devrions faire le 8 mars dernier ont été annulées. Quand on fait la comparaison sur ce que nous attendions en terme de don de sang et ce que nous avons obtenu, il y a eu moins de 25%. Et c’est sur la période du 15 février au 10 mars. Donc pour vous dire que effectivement il y a des conséquences avec la propagation du coronavirus », soutient le Professeur Saliou Diop.

Selon le Directeur du Cnts, les populations doivent savoir que toutes les dispositions ont été prises pour que les collectes se fassent sans aucun risque de contamination.

» Nous avons fait attention à ce que les lieux de collecte soient des lieux très aériens, que ça ne soit pas dans des lieux très confinés. Également des mesures d’hygiène ont été mises en place, des médecins veillent a cela. De ce fait, il y a pas de raison de reporter ou d’annuler les collectes. Parce que ça aggrave le déficit de sang », alerte le Pr Diop,

avec IGFM

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page