Politique

Le mouvement M2D scelle le « Pacte de Bignona » qui s’articule autour de 7 points essentiels

Le Mouvement pour la Défense de la démocratie (M2D) a procédé ce samedi à Bignona, au sud du Sénégal, une journée de prière en la mémoire des treize (13) personnes mortes lors des manifestations nées de l’arrestation de l’opposant Ousmane Sonko en mars dernier. A la clôture de cette cérémonie, les responsables ont ont scellé le « Pacte de Bignona » qui s’articule autour de 7 points essentiels.

« Nous lançons aujourd’hui, depuis Bignona, un appel à toute la classe politique, ainsi qu’à tous leaders d’opinion, aux mouvements citoyens et à la société civile, pour sceller un pacte, le PACTE DE BIGNONA», peut-on lire dans la déclaration transmise à PressAfrik.

Il s’agit d’agir individuellement et collectivement pour l’unité nationale, la paix et la concorde dans l’espace politique, de bannir de les discours, comportements et dans les actions tout ce qui peut susciter, entretenir ou encourager la haine et la division sur des bases religieuses, ethniques ou communautaristes.

D’écarter publiquement de toute personne ou groupe de personnes, qu’il soit du pouvoir, de l’opposition ou des mouvements citoyens ou de la société civile, qui par l’acte ou la parole, susciterait ou encouragerait la violence et la haine dans l’espace politique.

Les membres du M2D s’engagent à promouvoir et à encourager une pratique politique positive, fondée sur le respect de l’autre et la valorisation des débats d’idées.

Ils vont préserver la démocratie, la justice et l’Etat de droit et offrir en exemple à la jeunesse et contribuer à son réarmement moral afin qu’elle prenne conscience de l’étendue de ses possibilités et qu’elle s’insère, en tant qu’acteur de premier plan, dans les espaces politiques et les circuits économiques productifs.

En dernier lieu, le M2D, veut œuvrer pour le retour d’une paix définitive et durable en Casamance. Cet appel n’aura de portée que s’il est entendu, compris, accepté et appliqué par tous les protagonistes de la vie politique et publique, disent les responsables dudit mouvement.
pressafrik

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page