Société

LES BONNES AFFAIRES DES « JAKARTA »

 » Le malheur des uns fait le bonheur des autres », dit l’adage. Avec la grève des transporteurs, qui est largement suivie, les charrettes et les motos communément appelées « Jakarta », en tirent profit. Ce matin, seuls quelques bus de la société publique de transports « Dakar Dem Dikk » circulent. Il faut attendre un quart d’heure pour voir un se pointer. Les taxis, les cars et bus desservant le centre et les banlieues sont tous à l’arrêt.

 » Nous souhaitons que cette grève se poursuive une semaine durant. Ça fait notre affaire », lance un jeune assis sur sa moto. Tout en sourire, il vient de déposer une dame qui a quitté les parcelles assainies pour regagner son lieu de travail. « J’ai payé 2000 FCFA pour ne pas perdre ma journée. D’habitude je paye 200 FCFA seulement pour le bus. Aujourd’hui, je n’ai pas le choix », confie t-elle, le visage renfrogné. Quant au  » jakartaman », il est à nouveau solliciter par un jeune homme qui doit se rendre à sandaga, moyennant 1500 Fcfa.

F.B CAMARA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page