Actualités

LES CARTES D’ÉLECTEURS DES PRIMO VOTANTS DISPONIBLES EN DÉCEMBRE

Dans un communiqué reçu à Emedia, la Direction générale des élections (DGE) informe que les cartes d’électeurs issues de la dernière révision exceptionnelle des listes électorales seront disponibles à partir du 8 décembre 2021, en application de l’article L.54 du Code électoral. Par conséquent, les primo votants (personnes qui votent pour la première fois) inscrits lors de ladite révision, sont invités, à un peu plus d’un mois des délais, à utiliser leur numéro de récépissé d’inscription qui est en même temps leur numéro d’électeur.

En prélude des prochaines élections départementales et municipales, du 23 janvier 2022, fixées par le décret n° 2021-976 du 26 juillet 2021, la révision exceptionnelle des listes électorales s’est déroulée du samedi 31 juillet au mardi 14 septembre dernier. Non sans polémique. Des récriminations concernant principalement l’utilisation du certificat de résidence, document exigible dans certains cas pour s’inscrire sur les listes électorales ou pour demander un changement d’adresse électorale avaient pollué le climat politique, obligeant la Commission électorale nationale autonome (CENA) à mettre le holà.

Ainsi, contournant les blocages des mairies, Doudou Ndir et son équipe, dans leur mission de contrôle et de supervision de l’ensemble des opérations électorales, de préciser « que ce document administratif (certificat de résidence) n’est pas l’unique moyen pour le demandeur de prouver sa résidence. Ce dernier peut, entre autres documents, fournir une facture d’eau, d’électricité ou de téléphone du domicile ou tout autre moyen de preuve de son rattachement à la circonscription. »

Par ailleurs, « face aux récriminations soulevées ici et là pour accuser certaines autorités de refuser la délivrance de certificat de résidence aux demandeurs« , l’organe de contrôle avait également brandi les termes de l’article L.94 du Code électoral : ’’sera puni des peines prévues à l’article L.93 [un emprisonnement de six (6) mois à deux (2) ans et une amende de 20 000 à 200 000 F CFA] quiconque a empêché, par inobservation volontaire de la loi, l’inscription sur une liste électorale d’un citoyen remplissant les conditions fixées’’ par le Code électoral ».

Emedia

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page