Société

Mbacké: accusée d’avoir volé à son client 400.000 Fcfa en plein ébats sexuels, la prostituée explique

A la barre du Tribunal de Mbacké, a comparu le jeudi dernier M.D.Dramé, par ailleurs prostituée, poursuivie pour vol commis la nuit au préjudice de son client Badiane. En effet, la partie civile accuse la prévenue de 32 ans d’avoir soutiré dans sa pochette au moment de leurs ébats sexuels une somme de 400.000 Fcfa lors de leurs ébats sexuels.

Pour avoir dérobé une somme de 400.000 Fcfa à son client F. Badiane, la prostituée a été mise aux arrêts par les policiers et déférée au parquet de Mbacké. La prostituée est âgée de 32 ans, divorcée et mère de 03 enfants. Jugée jeudi dernier au Tribunal de Mbacké, la mise en cause a totalement nié les faits, avant de livrer sa version.

« Badiane est venu chez moi aux abords de 21 heures. On a marchandé sur le prix de la passe et finalement nous avons conclu pour la somme de 3000 Fcfa. Il a enlevé son pantalon qu’il a déposé sur le matelas. Après nos moments de plaisir, il est rentré chez lui. Le lendemain il est revenu pour m’accuser d’avoir volé son argent. Je lui ai même permis de visiter ma chambre », a tonné la prostituée, voilée à la barre, pour éviter d’être reconnue par le public, qui a rivé tout le regard sur elle.

Poursuivant sa version des faits, la dame a confirmé que son client a soulevé le matelas et a trouvé la somme de 200.000Fcfa, « il m’a exigé de lui rembourser le reste, mais je lui ai fait savoir que je n’avais ni vu ni touché son argent. En plus, ma chambre est fréquentée par des hommes ».

Ses propos ont été contredits par la victime qui rapporte: « j’avais posé mon pantalon sur le matelas, mais au moment de nos ébats sexuels, elle m’interdisait de tourner la tête vers cette direction. Après nos moments intimes, j’ai trouvé ma pochette sur le matelas et j’ai senti qu’elle a volé mon argent ».

Après plus d’une heure de débats, le tribunal a finalement vidé l’affaire. Selon nos confrères du journal ‘’Source A’’, le procureur a noté plusieurs incohérences dans les discours des deux parties. A cet effet, la prévenue a été relaxée au bénéfice du doute. La partie civile qui réclamait ses 200.000 FCfa a été déboutée par le tribunal d’Instance de Mbacké.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page