International

Mort de Maradona: un rapport révèle comment il a été abandonné à l’agonie

Diego Maradona a été « abandonné à son sort » avant une lente agonie, selon un rapport médical rendu public. Son traitement était « inadéquat, déficient et imprudent » et la légende du football « a commencé à mourir au moins 12h avant » d’être retrouvé sans vie, rapporte l’Agence France Presse.

Leopoldo Luque, neurochirurgien et ancien médecin de Diego Maradona, avait déjà été inculpé pour homicide involontaire après les dépositions des filles de l’icône argentine, qui pointaient du doigt une « négligence » envers leur père.

Un enregistrement sonore scandaleux
Un enregistrement d’une conversation téléphonique entre le neurochirurgien et l’ancien psychiatre de Maradona provoqué un grand tollé en Argentine après sa publication dans la presse.

« Oui, idiot. Il semble qu’il a fait un arrêt cardiorespiratoire et il va chier en mourant le gros. Aucune idée de ce qu’il a fait. Je vais là-bas« , dit le médecin dans l’élément sonore, quand on lui parle de la mort de la légende du football. Avant qu’Agustina Cosashov, le psychiatre, ne prenne la parole.

« Maintenant, il est avec l’équipe de l’ambulance, ils font une réanimation et l’ont intubé. Nous l’avons fait pendant dix, quinze minutes parce que l’ambulance n’arrivait pas. Nous sommes entrés dans la pièce et il était froid, froid. Nous avons commencé à faire la réanimation et il a retrouvé un peu son tonus et, disons qu’il a récupéré un peu de température corporelle. Tout ça a duré plus ou moins 10 minutes, puis l’ambulance est arrivée. Ils ne nous disent pas comment est la situation. Je suis parti et ils ne me disent rien« , dit-il à son collègue.

7 personnes mises en examen
Sept personnes ont été mises en examen par le procureur de la République de San Isidro, dans la banlieue de Buenos Aires, en charge de l’enquête : le neurochirurgien Leopoldo Luque, la psychiatre Agustina Cosachov, un psychologue, deux infirmiers (un homme et une femme) qui étaient au chevet de Diego Maradona, ainsi que le superviseur de ces infirmiers et un médecin coordinateur de l’hospitalisation à domicile.
En Argentine, les peines pour abandon par négligence ou homicide involontaire vont de cinq à quinze années de prison.
C’est sûr, même outre-tombe, Diego n’arrêtera jamais de faire parler de lui.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page