Société

PIKINE: DES AGRESSEURS POIGNARDENT MORTELLEMENT WALLY NDOUR

Une agression a viré au drame au rond-point SIPS de Pikine. Les faits se sont déroulés vers les coups de 22 heures. Le sieur Wally Seck revenant d’un voyage a été attaqué par une bande d’agresseurs alors qu’il avait à sa possession un sac à dos. Il leur a opposé une résistance farouche avant que l’un des agresseurs ne lui administre un coup de couteau au niveau de la cage thoracique. Massaër Ndiaye et Abdou Lahat Sow qui étaient à bord d’un taxi sont venus à la rescousse de la victime. Ils l’ont acheminée au centre de santé Dominique de Pikine, sur instruction du commissaire de police de ladite localité, puis à l’hôpital Fann où il a finalement rendu l’âme.

Les policiers ont ouvert une enquête et arrêté le 13 janvier 2016, après l’agression d’Adourahmane Diallo, le nommé Abdoulaye Thiombane. Ce dernier a été formellement identifié par les deux témoins qui l’ont désigné comme étant l’auteur du coup ayant coûté la vie à Wally Ndour. Soumis au feu roulant des questions, le mis en cause a soutenu avoir été agressé par la victime qui était sur une moto avec un autre individu. Déterminé à en découdre avec ses bourreaux qui ont arraché son sac, il heurte leur motocyclette de couleur bleue. Les éléments débattus à la barre montrent que poursuivis par la clameur publique après leur chute, Abdoulaye Thiombane et son acolyte se réfugient dans les marécages.

Inculpé pour association de malfaiteurs, meurtre et vol en réunion commis avec violence et usage de moyen de locomotion, l’accusé a nié les faits devant le président de la chambre criminelle de Dakar. « Le jour des faits, je revenais du marché Zinc de Pikine où j’avais acheté deux jeans. Soudain, j’entends la foule crier « au voleur » avant de se ruer sur moi. C’est le chef de quartier qui m’a extirpé de leurs griffes. Ils m’ont lancé une pierre à la nuque. Alertés, les limiers rappliquent sur les lieux et m’embarquent dans leur fourgonnette. Au moment de mon déferrement, ils m’imputent le meurtre de Wally Ndour », a dit le mis en cause pour se dédouaner.

La partie civile a réclamé 50 millions de nos francs en guise de réparation. Invité à faire son réquisitoire, le représentant du ministère public a requis l’acquittement pour le meurtre, avant de solliciter 10 ans de réclusion criminelle contre l’accusé. Quant aux avocats de la défense, ils ont plaidé l’acquittement purement et simplement. L’affaire a été mise en délibéré pour jugement devant être rendu le 16 novembre prochain.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page