Accueil Actualités Planification et programme local de développement : près de 400 milliards pour...

Planification et programme local de développement : près de 400 milliards pour sortir Kaolack de la précarité

0

Suite aux résultats provisoires présentés hier, lors de la dernière rencontre de partage des conclusions des études du Plan national de développement et d’actions prioritaires (PAP 3) déroulés au cours de ces six (6) dernières années (2014/2022), la région de Kaolack attend un portefeuille de près de 400 milliards de FCFA pour le financement des activités restantes. De manière directe, celles-ci sont étroitement liées aux projets et programmes de développement local destinés à la région.

Déjà au niveau du ministère de l’Economie, du Plan et de la Coopération, une prochaine rencontre avec les différents acteurs locaux est prévue au niveau territorial pour le lancement de cette grande offensive pour le développement. Un programme qui, selon les dernières études menées en appoint, est prévu pour surmonter les contre-performances notées çà et là dans le domaine de l’éducation où beaucoup de facteurs plombent l’amélioration du taux brut de scolarisation (TBS) et des infrastructures scolaires dont la plupart n’est pas encore réalisée.

Ce qui, de l’avis des planificateurs, traduit que le Plan Sénégal Émergent (PSE), dans le cadre de sa seconde phase d’intervention, a mis en veilleuse beaucoup de projets d’accès des populations aux infrastructures socio-économiques de base. Ces projets et programmes sont aujourd’hui identifiés. Et, comme indiqués par les décideurs, ils seront réintégrés dans le programme des réalisations 2024/2028.

Toutefois, dans le domaine de la production, d’importantes performances ont été enregistrées notamment dans la filière arachide où la production a doublé au cours de la période 2014/2022. C’est aussi le cas dans le secteur des infrastructures routières, qui a vu le réseau connaître une fulgurante amélioration de 800 kms de routes bitumées et un dispositif impressionnant de pistes rurales.

En matière d’électrification, surtout pour ce qui est de l’électrification rurale, la région de Kaolack est au-dessus de la moyenne nationale. Mais elle tient quand-même à ce qu’on lui offre ce privilège dans les autres secteurs comme celui de l’eau où beaucoup de choses restent à parfaire au niveau de certaines contrées rurales.

 

ABDOULAYE FALL

Article précédentPrésidentielle 2024 : Thione Niang, du rêve américain à celui de président du Sénégal
Article suivant1er tour préliminaire compétitions interclubs africaines : le «mythique» Hafia de Guinée sur le chemin de Génération Foot

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici