Société

PROJET DES 100.000 LOGEMENTS : L’avant-projet du pôle urbain de Daga Kholpa restitué

Le rapport d’avant-projet sommaire des études d’exécution de la phase prioritaire du pôle urbain de Daga Kholpa a été validé, mardi 26 octobre, à Dakar. Cette validation ouvre la voie à la poursuite des travaux jusqu’à l’aboutissement de la confection du dossier d’appels d’offre en vue de la réalisation des travaux d’aménagement et de construction des logements.

Situé dans le triangle Dakar-Thiès-Mbour et étendu sur une superficie totale de 3800 hectares le Pôle urbain de Daga Kholpa est le principal réceptacle du projet des 100.000 logements. Le site a fait l’objet d’une étude d’avant-projet sommaire (Aps). Les travaux du rapport ont été restitués, hier à Dakar, sous la présidence de la Secrétaire d’Etat, en charge du Logement, Mme Victorine Ndèye, en présence des partenaires, en particulier la Banque mondiale. En faisant la présentation de l’avant-projet sommaire, El Hadj Malick Fall, administrateur général de Mintech international, a promis de tout mettre en œuvre pour accomplir les missions qui lui seront confiées. « L’objet de cet atelier est de valider cet avant-projet et poursuivre avec les études détaillées pour aboutir aux appels d’offres », a déclaré M. Fall en charge des études techniques de la phase prioritaire du pôle urbain de Daga Kholpa. Selon ce dernier, les techniciens ont dû intégrer dans les études des équipements déjà présents sur le site, notamment une centrale solaire, un poste électrique et un institut islamique sur la zone prioritaire de 400 hectares. « L’exécution du programme d’aménagement se fera selon deux zones : une première qui peut faire 1.000 parcelles et la deuxième 3.000 parcelles qui vont intégrer le logement collectif, en tenant compte des espaces que l’on ne peut pas aménager à savoir la centrale solaires et les routes », a expliqué El Hadj Malick Fall.

Pour le Directeur général de la Société d’aménagement foncier et de rénovation urbaine (Safru SA), Maïssa Mahécor Diouf, l’objectif est de faire sur l’étendue de 1100 hectares confiée à la SAFRU S.A. des aménagements innovants, attractifs et résilients. « Pour réussir cela, il a fallu réaliser une programmation urbaine affinée, et optimisée afin d’avoir un bilan d’opération équilibré et soutenable pour l’Etat et la SAFRU S.A. C’est dans ce cadre que nous avons lancé ces études d’exécution, avec cette première étape d’ avant-projet sommaire en cours de validation. Nous allons ensuite vers les études détaillées », a expliqué le Dg de la Safru S.A.. La Secrétaire d’Etat en charge du Logement, Mme Victorine Ndeye, a salué le travail réalisé par la Safru S.A., Mintech international et la Banque mondiale. Selon elle, ces études sont le début d’un processus qui va aboutir à la confection d’un dossier d’appel d’offres (Dao), pour la sélection d’entreprises devant réaliser les travaux d’aménagement et d’équipement de la zone prioritaire du pôle urbain de Daga Kholpa. Elle a fait savoir, dans son discours, que l’Etat s’est doté d’un organisme aménageur à travers la SAFRU SA. Cette société est chargée de procéder à l’aménagement et la valorisation des sites devant abriter les programmes immobiliers de l’Etat, notamment, le Pôle urbain de Daga Kholpa.

« La première phase de l’aménagement dudit pôle va porter sur une zone prioritaire s’étendant sur une superficie d’environ 400 hectares, pour la production à terme de près de 25.000 logements, soit le quart de la cible », a ajouté Mme Victorine Ndeye. En poursuivant, elle a rappelé que le projet d’aménagement urbain du pôle de Daga Kholpa inclut la réalisation préalable de grandes trames d’accueil, prenant en compte les terrassements, la voirie, les réseaux divers tels que le drainage des eaux pluviales, l’évacuation des eaux usées entre autres. « Un tel niveau d’aménagement requiert des études minutieuses pour en assurer la qualité et l’accès équitable, tenant compte des préoccupations des populations vivant dans les villages situés au cœur du projet », a soutenu Mme Ndeye.

AMENAGEMENT ET PRODUCTION DES LOGEMENTS

Le coût évalué provisoirement à 37 milliards de FCfa
Pour l’aménagement urbain de la phase prioritaire du pôle de Daga Kholpa, sur 400 hectares, l’Etat devra débloquer une importante manne financière. Cette zone devant abriter le projet de 100.000 logements a besoin de 37 milliards de FCFA pour son aménagement en vue de la production de plusieurs milliers de logements. En donnant ces informations, l’administrateur général du Mintech international, El Hadj Malick Fall, a renseigné que ce montant aidera à aménager les deux unités de voisinage et de produire des logements. Les 37 milliards de FCfa ne prennent pas en compte la problématique de l’évacuation des eaux pluies vers la mer. « Le canal d’évacuation des eaux sera intégré dans la phase prioritaire », a affirmé M. Fall. Pour Maïssa Mahécor Diouf, Directeur général de la Société d’aménagement foncier et de rénovation urbaine (Safru Sa), le développement a un coût. Selon lui, le Sénégal est appelé à se développer à l’image des pays européens. « C’est normal. Heureusement, l’Etat a pris la résolution de mettre à profit les ressources foncières de l’Etat. Leur valorisation confiée à la SAFRU S.A. permettra de créer une plus value sur la base d’un cercle vertueux consistant à utiliser les ressources issues des programmes immobiliers dans l’aménagement des programmes de développement urbain. Un business model a été établi dans ce sens, et les résultats de la programmation urbaine et des études d’exécution permettront de le conforter. Des partenaires tels que la Banque mondiale accompagnent également le projet des 100.000 logements », a-t-il souligné.
lesoleil.sn

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page