Actualités

Rôle d’observatoire dans le secteur de l’énergie : Le Regep élabore son plan stratégique – Lequotidien

Créé en 2021, le Réseau des jeunes et des femmes dans les énergies (Regep) a lancé hier le processus d’élaboration de son plan stratégique. Il a pour vocation d’accompagner ces couches sociales à l’autonomisation financière.

Par Aliou DIALLO – Assurer un rôle d’observatoire dans le secteur énergétique, afin que les jeunes et les femmes puissent trouver des dérivés structurels devenant des parties intégrales et durables des tissus économiques. C’est l’objectif du Réseau des jeunes et des femmes dans les énergies, une association à vocation régionale créée en 2021. Un atelier de lancement du processus d’élaboration de son plan stratégique a réuni hier les acteurs. Il rentre dans le cadre d’un projet de 52 milliards de francs Cfa qui va permettre à 200 mille personnes d’avoir accès à l’électricité. Parmi ses composantes, il y a aussi le volet assistance technique, notamment dans le domaine genre, selon Simon Vanden Broeke, chef d’équipe connectivité et investissement durable de l’Union européenne (Ue). Ledit projet est financé par la Banque européenne d’investissement (Bei), l’Agence française de développement (Afd) et la Coopération allemande. Le Réseau des jeunes et des femmes dans les énergies prône la promotion des femmes dans les filières scientifiques et énergétiques, afin d’augmenter leur employabilité dans le secteur.

La vision du Regep est de voir un monde où les femmes et les jeunes de l’Afrique, et du Sénégal en particulier, participent à 100% à toutes les sections stratégiques et décisionnelles des secteurs des énergies. Lever toutes les inégalités et iniquités relatives à la participation de ces couches sociales, veiller, conseiller et alerter dans une communication continue avec les populations et un suivi des indicateurs sont, entre autres, les missions du Regep. La représentante résidente de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa), Kabo Aïssa Sidikou, a rappelé que l’objectif à l’horizon 2030 est que «l’ensemble des citoyens de l’Uemoa puisse accéder à une énergie à bas coût au sein d’un vaste marché et que nous puissions produire une énergie propre».
En ce qui concerne le Sénégal, la ministre du Pétrole et des énergies, Aïssatou Sophie Gladima, a souligné que «les statistiques du secteur ont montré que le taux d’électrification nationale est déjà de 76%, avec presque un accès universel au niveau urbain». Selon elle, le principal défi reste la zone rurale dont le taux d’électrification, aujourd’hui, est de 58,2%. Elle a salué le rôle du Regep, qui va contribuer à l’autonomisation des jeunes et des femmes dans le secteur des énergies.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page