Politique

Sortie du leader de Pastef à l’Ucad – Étudiants en masse pour Sonko

lequotidien

Les pensionnaires de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar ont bravé les dispositions sanitaires pour accueillir en grande pompe le député et leader de Pastef, accusé de viols suivis de me­na­ces de mort par une masseuse de 20 ans.

Avant la probable levée de son immunité parlementaire, Ousmane Sonko teste sa popularité. A l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), dans ce contexte de Covid-19 et de mauvais temps, une foule d’étudiants a accueilli le leader de Pastef, accusé de «viols suivis de menaces de mort» par une masseuse de 20 ans à l’Institut «Sweet beauté». «Soo ko laale (Ne touche pas à Sonko !), Macky deena, souleen ko (Macky est mort enterrez-le)» et d’autres chants hostiles au Président Sall ont accompagné le député qui a vécu un véritable bain de foule dans l’espace universitaire. En effet, Ousmane Sonko s’était rendu dans ce temple du savoir pour s’enquérir de l’état de santé d’un de ses partisans blessé lors des manifestations du 8 février.
Cette déferlante humaine aura permis de mesurer la notoriété du leader de Pastef à qui il ne devrait rester que quelques jours avant de faire face au juge d’instruction du 8ème cabinet qui a la charge de son dossier qui cristallise l’actualité au Sénégal depuis deux semaines. L’Assemblée nationale a validé mercredi dernier la Commission ad hoc chargée de lever l’immunité parlementaire de l’ex-candidat, arrivé 3ème lors de la dernière élection présidentielle. Le leader de Pastef a désigné sa collègue non-inscrite, Aïda Mbodj, pour assurer sa défense le jour de son audition par les 11 députés de la Commission ad hoc. L’opposant de 46 ans dénonce un «complot ourdi» par le pouvoir en place en vue de sa «liquidation politique avant 2024».
Les députés de l’opposition ont fait bloc derrière Ousmane Sonko pour empêcher l’issue de la procédure menant à la levée de cette immunité parlementaire. Serigne Cheikh Bara Dolly Mbacké et Cie ont boycotté la plénière validant la constitution de la Commission ad hoc. Le réquisitoire du procureur de la République qui vise X est la pomme de discorde entre majorité et opposition. Mais selon Moustapha Niasse, président de l’Assemblée nationale, la lettre de saisine du ministre de la Justice au Parlement a bien mentionné le nom de Ousmane Sonko. La Commission ad hoc se réunit aujourd’hui, à 10h, pour fixer le calendrier des auditions et, peut-être, la plénière pour la levée de l’immunité parlementaire de Ousmane Sonko.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 + 15 =


Bouton retour en haut de la page