Sports

SUAREZ OFFRE LE TITRE À L’ATLÉTICO, SAISON BLANCHE POUR LE REAL, LE BARÇA À LA 3e PLACE

À l’issue d’une dernière de journée de Liga sous tension, notamment dans la lutte pour le titre entre les deux rivaux madrilènes de l’Atlético et du Real, ce sont les Colchoneros de Diego Simeone qui décrochent le titre de champion d’Espagne, le 11e de leur histoire. Luis Suarez a inscrit le but vainqueur.

L’Atlético n’a pas flanché. Dans la dernière ligne droite de cette saison 2020-2021, lors de l’ultime journée, les Colchoneros ont fait le boulot ce samedi sur la pelouse de Valladolid (1-2) afin d’accrocher un 11e titre de champion d’Espagne à leur palmarès. Un titre qui récompense la régularité des hommes de Diego Simeone, qui n’auront chuté qu’à quatre reprises tout au long de cet exercice.

Et si leur seule défaite « notable », à Bernabeu en décembre dernier (2-0), aura fait frémir jusqu’au bout les supporters de l’Atléti, plus de peur que de mal : Luis Suarez (21 buts en Liga) a, une nouvelle fois, porté ses responsabilités en venant délivrer les siens après l’heure de jeu. Le voisin madrilène, pourtant vainqueur dans les dernières minutes sur sa pelouse contre Villarreal (2-1), n’a rien pu faire…

Atlético – Real : Le duel de Madrid a basculé en trois actes
Les joueurs de l’Atlético le savaient : en cas de victoire sur la pelouse de Valladolid, l’affaire était pliée. Encore fallait-il terminer le travail face à une équipe qui, elle, jouait son maintien. Le début de match des Colchoneros est compliqué et sur un contre éclair, Plano vient tromper Oblak et faire douter les Rouge et Blanc (1-0, 18e). Une aubaine pour le Real, qui comptait deux points de retard au début de cette 38e journée ? Pas vraiment puisque deux minutes plus tard, Pino vient mettre Villarreal devant les Merengue au tableau d’affichage (0-1, 20e). Le premier des trois actes qui ont décidé du titre.

Dos au mur à la pause, les deux rivaux reviennent des vestiaires prêts à faire basculer le sort en leur faveur. Les Merengue croient être les premiers à riposter mais le but de Karim Benzema est refusé pour un hors jeu logique (0-1, 55e). Deux minutes plus tard du côté de Valladolid, Angel Correa égalise d’un pointu subtil à l’entrée de la surface (1-1, 57e). La Liga bascule peut-être définitivement, se dit-on alors…

65e minute. Troisième et dernier acte. À Bernabeu, Benzema loupe l’immanquable sur une erreur de relance du portier de Villarreal. Une minute plus tard, Luis Suarez inscrit son 21e but de la saison en réceptionnant un cadeau de la défense adverse (1-2, 66e). Deux situations similaires mais une finition différente. Surtout, une cascade de conséquences. Car si le Real parviendra à arracher un succès tardif grâce à Benzema (87e, 1-1) et Modric (90e+2, 2-1), les Colchoneros ne faibliront pas pour succéder à leurs voisins au sommet de l’Espagne.
emedia.sn

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page