Politique

SUPPOSÉ MALAISE AU SEIN DE LA GENDARMERIE : ZATOR M’BAYE RÉPOND À SONKO

emedia.sn

Face à la presse vendredi dernier, l’opposant politique et leader de Pastef / Les Patriotes, Ousmane Sonko, a évoqué un malaise au sein de la Gendarmerie, en mettant en exergue le départ du Général Jean Baptiste Tine, Commandant de la Gendarmerie.

« C’est une Sonkori de plus, a répliqué le Secrétaire général des jeunes de BBY et de l’AFP, Zator M’baye, face à Mamoudou Ibra Kane, devant le Jury du dimanche (JDD), ce 20 juin. Parce qu’il est très facile de taper comme ça sans maîtriser le fond de la question. Le président est la personne institutionnellement reconnue habilitée à tous les postes civiles et militaires. Il lui appartient à lui de nommer quelqu’un, le jour où il sentira le besoin de la rappeler à d’autres fonctions, il est libre de le faire. Je crois qu’il n’a pas besoin de s’expliquer. »
Désormais, la Gendarmerie nationale est dirigée par le général de Division Moussa Fall.

Sur la question des nervis et des gros bras sujette à une levée des boucliers notamment de la société civile, réclamant leur dissolution, il a dénoncé « une assertion très grave de ceux-là qui les tiennent. » « Parce qu’a-t-il motivé, je n’ai pas vu de nervis. J’ai vu la garde présidentielle composée d’éléments de la gendarmerie, de la police, qui sont dans le convoi du président de la République. Maintenant, peut-être qu’il y a eu par ci par là des éléments qui ont été recrutés pour essayer de remplacer la sécurité mais ça c’est au niveau local. En tout cas moi, la caravane du président que j’ai vue, je n’ai pas vu de nervis là-dedans. Et c’est extrêmement grave de dire ça parce que cela veut dire que nos forces de défense et de sécurité sont impuissantes. »

Poursuivant, le ministre conseiller persiste et signe : « dans mon parti (AFP), je n’ai pas vu de milices, dans la coalition où je milite, en tant que responsable à un niveau très élevé, je n’ai jamais été mis à contribution pour le recrutement de nervis. Je suis le coordonnateur de la coalition Benno Bokk Yakaar (BBY) pour ce qui est des jeunes, et souvent ces questions sont adressées au niveau de la jeunesse mais jamais, je dis bien jamais, il a été question, à mon niveau de me donner des moyens ou de me demander de recruter des nervis. D’ailleurs, si c’était recommandé, je ne l’aurai pas fait puisque ce n’est pas ma conviction. Maintenant, il arrive souvent (que) dans les localités, dans le cadre d’une organisation, qu’on prenne les jeunes qui sont un peu plus musclés pour assurer la sécurité ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page