Accueil Actualités Un expert propose de faire de l’île de Gorée un centre mondial...

Un expert propose de faire de l’île de Gorée un centre mondial de l’esclavage

0

(APS) – Le diplomate Doudou Diène, ancien rapporteur spécial à l’Organisation des Nations unies (ONU), a préconisé vendredi à Dakar, de faire l’île de Gorée, un centre mondial de l’esclavage en vue de donner une « dimension plus profonde et une vitalité » à cette île-mémoire.

Doudou Diène fut un ancien rapporteur spécial de l’ONU sur les formes contemporaines de racismes, de discrimination raciale, de xénophobie et de l’intolérance.

« Le défi qui nous est lancé, est de faire de Gorée un centre mondial de l’esclavage », a-t-il notamment proposé en marge de la cérémonie inaugurale du Centre d’interprétation pour la revitalisation de la maison des esclaves de Gorée.

La cérémonie de réception de ce centre a été présidé par le ministre de la Culture et du Patrimoine historique Aliou Sow en présence du maire de Gorée Me Augustin Senghor et d’autres personalités.

« Il s’agira de créer un réseau mondial des lieux de mémoires des esclaves en faisant de Gorée le centre de ce réseau qui n’existe pas encore à travers le monde », a insisté Doudou Diène qui est par ailleurs le représentant de la Coalition internationale des sites de Conscience.

Cette coalition fondée en 1999. La maison des esclaves de Gorée en est l’une des membres. Elle regroupe un réseau mondial de plus de 350 sites historiques, musées et initiatives de mémoire, répartis dans 65 Pays, tous engagés à utiliser les luttes passées pour combattre les injustices sociales actuelles, fait savoir l’ancien fonctionnaire onusien.

Doudou Diène a également plaidé pour la création d’un « fonds permanent des Nations-Unies pour financer des lieux des mémoires de l’esclavage tout en mobilisant la communauté scientifique ».

« Le défi est là et il va falloir donner à ce projet une dimension profonde, un sens et une vitalité », a insisté l’expert..

Réagissant à la proposition de M. Diène, le ministre de la Culture et du Patrimoine historique, Aliou Sow a souligné sa volonté de prendre en charge cette « anomalie » pour permettre au Sénégal de jouer un rôle de leadership dans le domaine de la préservation des mémoires.

Il a promis que son département va travailler sur cette proposition dans les meilleurs délais en collaboration avec toutes les parties prenantes pour élaborer rapidement la bonne stratégie.

« Le but est de convier un certain nombre de dirigeants de réseaux et de sites assez représentatifs du monde pour en faire l’ébauche et lancer le projet », a promis le ministre de la Culture et du Patrimoine historique.

Article précédentFootball féminin : l’OM prolonge les contrats de trois joueuses sénégalaises
Article suivantSénégal: L’armée déployée à Dakar et Ziguinchor!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici