Education

UNIVERSITES Orientation des bacheliers de 2020 : Cheikh Omar Hann siffle la fin

lequotidienUNIVERSITES Orientation des bacheliers de 2020 : Cheikh Omar Hann siffle la fin

Tout étudiant n’ayant pas été orienté jusqu’à l’heure dans les universités ne le sera plus. Le ministre de l’Enseignement supérieur, de l’innovation et de la recherche l’a fait savoir ce mardi, sifflant ainsi la fin des orientations pour les bacheliers de 2020. «C’est fini la procédure d’orientation des bacheliers de 2020. C’est terminé», a indiqué Cheikh Oumar Hann lors d’une rencontre dans les locaux de son ministère avec les journalistes. Il prend ainsi de cours les nombreux étudiants qui espéraient une dérogation afin d’amorcer leur cycle universitaire.
«Il n’y pas de dérogation», a insisté le ministre de l’Enseignement supérieur. Il a mis devant leurs responsabilités les bacheliers ne s’étant pas inscrits sur la plateforme campusen dédiée à cet effet ou n’ayant pas suivi le processus jusqu’à son terme. «C’est comme une course de 100 mètres. Vous venez sur la ligne de départ et vous dites je ne suis pas bien préparé, je n’ai pas de bonnes notes au bac, je ne participe pas. Vous laissez la course se faire et vous dites je n’ai pas pu participer mais je demande une dérogation pour qu’on me classe», a-t-il servi en allusion aux protestataires et en assurant que ceux qui n’ont pas suivi le processus jusqu’à terme sont considérés comme des cas d’abandon. «Le processus s’est déroulé de manière transparente», a noté M. Hann. Il a à ce propos fait savoir que sur un total de 72 mille bacheliers issus de la session 2020 et inscrits sur la plateforme, 69 002 dossiers ont été traités. «62 093 ont effectivement achevé la procédure de choix et de validation, à l’issue de cette étape, les concernés ont été informés par courrier électronique et par Sms», a tenu à préciser Cheikh Oumar Hann. Lesquels devaient par ailleurs «protéger» dans un délai d’une semaine leur orientation par le paiement d’un montant de 20 mille francs.
A défaut des universités, les recalés peuvent espérer intégrer les Instituts supérieurs d’enseignement professionnel (Isep) où 2000 places sont disponibles. C’est l’ultime recours pour eux, informe le ministre de l’Enseignement supérieur qui assure avoir clos cette page.
Le ministère a décidé d’ouvrir à partir de vendredi la plateforme avec tous les détails afin que tout le monde puisse accéder aux données pour éviter les supputations. Désormais, les préoccupations de la tutelle sont dirigées vers les 1074 bacheliers en arabe qui ne sont pas encore orientés. «Des discussions sont en cours pour les orienter dans les universités comme celle de Touba», a dégagé en perspective M. Hann.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page