Accueil Actualités BDF plaide pour la production de vaccins en Afrique : « son industrie...

BDF plaide pour la production de vaccins en Afrique : « son industrie des vaccins fournit à peine 0,25% de l’offre mondiale… »

0

Le chef de l’État Sénégalais, Bassirou Diomaye Faye, qui participe ce jeudi 20 juin 2024 au Forum Mondial pour la souveraineté et l’innovation vaccinales, a plaidé pour la souveraineté vaccinale en Afrique. « Bien que l’Afrique représente environ 20% de la population mondiale, son industrie des vaccins fournit à peine 0,25% de l’offre mondiale. Le Continent est encore largement tributaire d’autres régions pour couvrir ses besoins. C’est dire l’immensité de la tâche qui reste à accomplir pour la souveraineté vaccinale de l’Afrique », fait savoir le président Sénégalais qui séjourne depuis hier à Paris.

D’après lui, « un des défis majeurs pour l’Afrique aujourd’hui, c’est de produire des vaccins, des médicaments et diagnostics, mais également d’accéder aux plateformes de commercialisation pour participer pleinement à la lutte contre les menaces sanitaires futures », a-t-il indiqué lors de son discours.

Le Président Bassirou Diomaye Faye de donner en exemple, l’Institut Pasteur de Dakar qui a un programme industriel de 252 millions de dollars pour la production de vaccins. « Dans la perspective de consolidation des acquis et de la réalisation de l’objectif de l’Union Africaine de produire sur le continent 60% des vaccins utilisés sur place d’ici 2040, l’Institut Pasteur de Dakar a initié, avec le soutien du Gouvernement sénégalais, un programme de développement industriel estimé à 252 millions de dollars. La réalisation des infrastructures et l’acquisition des équipements sont en cours de finalisation et le site du vaccinopole de Diamniadio qui constitue une des entités du programme, aura une capacité de production de 300 millions de doses de vaccins de routine, épidémiques ou pandémiques en utilisant trois (03) plateformes technologiques dont l’ARN messager », renseigne le chef de l’État.

Enfin, « pour encadrer toutes ces initiatives, le Sénégal a déjà mis en place l’Agence nationale de Réglementation Pharmaceutique (ARP) qui s’est beaucoup employée pour atteindre les phases de maturation et d’homologation requises », a ajouté Bassirou Diomaye Faye qui a pris part au Forum Mondial sur la souveraineté et l’innovation vaccinales, sur invitation du Gavi.

Article précédentLa CAN féminine reportée
Article suivantMedina Gounass: Le gouvernement appelle au calme

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici